Résumé 106


Etude de stabilité du busulfan, en pratique pharmaceutique hospitalière, dans des poches en polyoléfine et en polypropylène.

Thématique : Etude de stabilité

Auteur(s) :
PEYROL Céline (Institut du Cancer de Montpellier 208 Avenue des Apothicaires 34298 Montpellier Cedex 5) | Malosse Françoise (Institut du Cancer de Montpellier 208 Avenue des Apothicaires 34298 Montpellier Cedex 5) | BEKHTARI Khedidja (Institut du Cancer de Montpellier 208 Avenue des Apothicaires 34298 Montpellier Cedex 5) | PINGUET Frédéric (Institut du Cancer de Montpellier 208 Avenue des Apothicaires 34298 Montpellier Cedex 5) |

Introduction

Le busulfan est un agent cytotoxique utilisé dans le traitement de conditionnement préalable à une greffe de cellules souches hématopoïétiques. Une perfusion quotidienne pendant plusieurs jours consécutifs de busulfan, dilué dans une solution de chlorure de sodium 0.9% (NaCl) ou de glucose 5% (G5), est réalisée.

Par manque d’informations, sur sa stabilité, de la part du fabricant et dans la littérature internationale, les poches sont préparées extemporanément, ce qui pose des problèmes organisationnels, en particulier le week-end et les jours fériés.

L'objectif de cette étude a été d’optimiser la stabilité du busulfan selon différentes conditions de conservation, en tenant compte de la pratique clinique et pharmaceutique actuelle et ainsi faciliter l’utilisation du busulfan (préparation, stockage, pré-administration et administration).

Matériels et méthodes

Seize conditions différentes pouvant influencer la stabilité du busulfan Fresenius (C=0.5mg/mL) ont été testées : nature du contenant (polypropylène ; polyoléfine), nature du contenu (NaCl ; G5), température (+4 ±2°C ; +20 ±5°C), présence ou absence de lumière. Deux à trois poches par condition ont été préparées. À différents temps (T0, T3h…T168h), la concentration du busulfan a été mesurée par chromatographie liquide à haute performance, avec détection dans l’UV (lambda=281nm), dont la méthode a été validée. Les dosages ont été réalisés en triplicate. La stabilité a été définie par la persistance de plus de 90% ± écart type de la concentration initiale du busulfan dans les poches. Les solutions ont également été inspectées visuellement. Les poches sans précipitation ou modification de couleur ont été définies comme étant physiquement stables.

Résultats

La stabilité du busulfan est peu différente en fonction de la nature du contenu et du contenant. Cependant, elle est fortement influencée par la température.

A +4 ±2°C, des précipités sont apparus aléatoirement. Une condition, pour laquelle aucun phénomène de précipitation n’a été observé, a été sélectionnée. La stabilité du busulfan dans cette condition a donc été étudiée dans les conditions pratiques d’utilisation.

A la lumière, le busulfan s’est révélé stable pendant 12 heures à température ambiante, quel que soit le type de poche. Dans les poches en polyoléfine, protégées de la lumière, contenant du NaCl, le busulfan reste stable lorsqu’il est conservé 36 heures à +4 ±2°C et lorsqu’il est conservé 30 heures à +4 ±2°C puis laissé 12 heures à température ambiante.

Discussion/Conclusion

Cette étude montre que le busulfan (C=0.5mg/mL) est stable 12 heures à température ambiante, à la lumière, dans des poches en polyoléfine ou en polypropylène contenant du NaCl ou du G5. Une stabilité de 30 heures à +4 ±2 °C + 12 heures à température ambiante, à l’abri de la lumière, dans une poche en polyoléfine contenant du NaCl a également été établie. Cette nouvelle condition de conservation permettra d'améliorer la préparation des poches de busulfan et ainsi faciliter son utilisation.

10