Résumé 107


Evaluation de la conformité des prescriptions de facteurs de croissance hématopoïétiques par rapport aux recommandations de la CPAM

Thématique : Pharmacie clinique

Auteur(s) :
DELBENDE Eulalie (16 rue d'Amiens 76000 ROUEN) | DUCLOS Maxime (16 rue d'Amiens 76000 ROUEN) | ROUVET Jean (16 rue d'Amiens 76000 ROUEN) | RIGAL Olivier (16 rue d'Amiens 76000 ROUEN) | BASUYAU Florence (16 rue d'Amiens 76000 ROUEN) | DAOUPHARS Mikaël (16 rue d'Amiens 76000 ROUEN) |

INTRODUCTION

L’évaluation des risques de neutropénie fébrile et d’anémie fait partie intégrante de la prise en charge du patient atteint de cancer. Elle permet ainsi de mettre en place un traitement adapté. La CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) a émis des recommandations en janvier 20161. L’objectif de notre étude est d’évaluer la pertinence des prescriptions de facteurs de croissance hématopoïétiques (EPO et G-CSF) au sein de notre CLCC (Centre de Lutte Contre le Cancer).

MATERIELS ET METHODE

Pendant 3 semaines, nous avons relevé les prescriptions de facteurs de croissance hématopoïétiques chez tous les patients passant en hôpital de jour (soit 1557 patients). Pour chaque prescription étaient relevés : date de primo-prescription et de dernière prescription, type de cancer, chimiothérapie associée, présence d’un bilan martial et d’une supplémentation martiale pour les patients sous EPO, facteur de croissance prescrit ainsi que sa posologie, type de prophylaxie. Nous avons également calculé le score MASCC pour les patients sous G-CSF.

RESULTATS

43 patients bénéficiaient d’une prescription d’EPO (ratio homme/femme=1,2 ; âge moyen=68 +/- 11 ans). Aucun traitement n’était instauré en situation adjuvante et tous les patients bénéficiaient d’une chimiothérapie concomitante (90,7%) ou étaient suivis pour syndrome myélodysplasique (9,3%). Le taux d’hémoglobine était inférieur ou égal à 10g/dL pour 76% des patients. Parmi les patients ayant un taux d’hémoglobine supérieur à 10g/dL, aucun ne présentait de signes cliniques d'anémie. La durée de prescription était variable (148 jours en moyenne, min 11 jours, max 652 jours). Sous traitement, 13 patients avaient un taux d’hémoglobine qui diminuait (-2,5g/dL en moyenne). Les autres patients gagnaient en moyenne 2g/dL. 3 patients dépassaient le seuil de 12g/dL ce qui a conduit à l’arrêt de la prescription. Un biosimilaire était prescrit dans 25,6% des cas. Un bilan martial était prescrit chez 41,9% des patients et une supplémentation martiale était mise en place chez 38,9% de ces patients. Elle était per os dans 100% des cas.

207 patients bénéficiaient d’une prescription de G-CSF (ratio homme/femme=0,59 ; âge moyen=60 +/- 13 ans). Parmi les 61,8% de patients sous prophylaxie primaire, 67,6% avaient un score MASCC inférieur ou égal à 21 et 35,9% étaient traités avec des protocoles à haut risque de neutropénie fébrile. Parmi les 47 patients sous Neulasta (22,7%), 4 (8,5%) avaient un score MASCC inférieur ou égal à 21. Un biosimilaire était prescrit dans 55,6% des cas.

DISCUSSION/CONCLUSION
Dans l’ensemble, la prescription des agents stimulants de l’érythropoïèse est conforme aux recommandations de la CPAM dans notre CLCC. Quelques points sont à améliorer : taux de prescription des biosimilaires, recommandations de prescription du Neulasta ou encore prescription d’une supplémentation en fer en privilégiant la voie IV. Enfin, il serait également intéressant de corréler les pratiques avec la seniorisation ou non des prescriptions.
1 https://www.ameli.fr/medecin/exercice-liberal/memos/medicaments-produits-sante/agents-stimulant-erythropoiese-cancerologie

10