Résumé 111


Adaptation des doses d’anticancéreux chez le sujet âgé : bilan rétrospectif sur l'année 2016

Thématique : Pharmacie clinique

Auteur(s) :
REGNIER Olivier (Service phamacie CH Pierre Le Damany rue Kergormar 22300 LANNION) | TRAINAUD Alexandra (Service phamacie CH Pierre Le Damany rue Kergormar 22300 LANNION) | LE CAER Hervé (Service phamacie CH Pierre Le Damany rue Kergormar 22300 LANNION) | LE GUEVELLO Pierre (Service phamacie CH Pierre Le Damany rue Kergormar 22300 LANNION) |

 

Introduction

Lors d’un traitement anticancéreux par chimiothérapie, les spécificités de la population âgée nécessitent de chercher un compromis entre efficacité et tolérance, notamment en diminuant les posologies. Nous avons donc voulu faire un état des lieux des réductions de dose d’emblée de chimiothérapie chez les sujets âgés au sein de notre établissement.

Matériel et méthode

Etude rétrospective descriptive incluant tous les patients âgés de 70 ans et plus ayant débuté un protocole de chimiothérapie entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2016 et ayant reçu au moins une dose. Les données ont été récupérées à l’aide du logiciel CHIMIO et du dossier informatisé du patient.

Résultats

Au total,  68 patients ont été inclus dont  41 femmes et  27 hommes (sex ratio H/F = 0.66). L’âge moyen était 76.5 ans et 65% (n=44) des patients étaient âgés de plus de 75 ans. Tous patients confondus, 138 molécules ont été prescrites, principalement dans les indications de cancers pulmonaires (32 %) digestifs (19 %), hématologiques (21%) et gynécologiques (24 %).

Une réduction de dose a été appliquée d’emblée (C1J1) à 34.8% des molécules prescrites, avec une forte disparité en fonction des indications (cancers solides : 37-54 % vs hématologie : 5 %). La réduction posologique d'emblée était comprise entre 20 et 30 % dans la majeure partie des cas. Les motifs retrouvés dans CHIMIO étaient l’asthénie (n=24), l’âge (n=18), insuffisance rénale=1) et une toxicité médicamenteuse (neuropathie, thrombopénie, n=2). A noter que l’âge était un motif de réduction de dose plus souvent retrouvé après 75 ans (n=15 vs n=3). Chez les patients avec une réduction de dose d’emblée, la dose-intensité de l’ensemble du protocole était en moyenne de 71%.

Par ailleurs, un score "Oncodage" ou un bilan gériatrique était disponible dans le dossier patient informatisé chez 50% des patients de plus de 75 ans avec un cancer solide.

Discussion/conclusion

Une réduction posologique d’emblée est fréquemment appliquée chez les patients âgés, a fortiori chez les plus de 70 ans. Il n’est pas recommandé de diminuer la posologie d’emblée au seul motif de l’âge, notamment en raison d’une possible perte de chance. Pour cette population, l’utilisation d’un score type "Oncodage" permet de déterminer quels patients peuvent bénéficier d’un bilan oncogériatrique complet. Ce dernier est d’ailleurs requis systématiquement lors du passage en réunion de concertation pluridisciplinaire si le patient a plus de 75 ans Il apparait important de poursuivre cette démarche chez le patient âgé, tout en essayant d’améliorer la traçabilité informatisée systématique de ces évaluations.