Résumé 116


Evaluation de la tolérance d’un protocole de désensibilisation au carboplatine : retour d’expérience

Thématique : Evaluations cliniques

Auteur(s) :
Badria KADRI (Hôpital européen Georges Pompidou (AP-HP) Service de Pharmacie 20 rue Leblanc 75015 Paris) | Hail ABOUDAGGA (Hôpital européen Georges Pompidou (AP-HP) Service de Pharmacie 20 rue Leblanc 75015 Paris) | Constance THIBAULT (Hôpital européen Georges Pompidou (AP-HP) Service d’Oncologie Médicale 20 rue Leblanc 75015 Paris) | Eric CAUDRON (Hôpital européen Georges Pompidou (AP-HP) Service de Pharmacie 20 rue Leblanc 75015 Paris) | Brigitte SABATIER (Hôpital européen Georges Pompidou (AP-HP) Service de Pharmacie 20 rue Leblanc 75015 Paris) |

INTRODUCTION :

Le carboplatine est utilisé dans le traitement de plusieurs cancers (gynécologique, oto-rhino-laryngologie, thoracique et urologique). Les réactions d'hypersensibilité au carboplatine concernent environ 5% de la population oncologique [DeMoor et al, J.Cancer]. En l’absence d’alternative thérapeutique à efficacité comparable, une réintroduction à doses croissantes du carboplatine a été décrite dans la littérature. Depuis 2013, le service d’oncologie médicale de l’Hôpital européen George Pompidou (HEGP) utilise un protocole de désensibilisation au carboplatine (PDC) pour les patients ayant présenté une réaction allergique contre-indiquant la poursuite de la molécule. L’objectif de ce travail est d’évaluer la tolérance de ce PDC.

MATERIEL ET METHODE :

Il s’agit d’une étude pharmaco-épidémiologique observationnelle descriptive transversale monocentrique, avec recueil rétrospectif des données de patients ayant reçu un PDC. Le protocole consistait en l’administration de la dose totale (DT) de carboplatine AUC 5 (calculée selon la formule de Chatelut) répartie sur quatre poches. La première contient le 1/1000ème de la DT et est administrée en 60 minutes. Les 3 suivantes contiennent respectivement 1/100ème, 1/10ème et le reste de la DT et sont administrées en 90 minutes chacune. Pour évaluer la tolérance, les données cliniques ont été colligées à partir de l’entrepôt HEGP-CDW (clinical data warehouse) agrégeant des données de soins de patients hospitalisées. Les réactions d'hypersensibilité au carboplatine ont été gradées selon les recommandations de l'European Society For Medical Oncology.

RESULTATS :

De septembre 2013 à juillet 2017, 22 patients ont présenté une réaction d'hypersensibilité au carboplatine (grade 2/3) justifiant leur inclusion dans le PDC (âge médian = 65 ans ; Q1 = 56, Q3 = 71). Parmi ces patients, 19 patients (86%) étaient des femmes présentant un cancer gynécologique.

Le nombre médian de cures de carboplatine reçues avant réaction d’hypersensibilité et celui de cures de PDC était de 9 (Q1 = 8, Q3 = 12) et de 3 (Q1 = 2, Q3 = 7) respectivement.

Seize patients (73%) n’ont pas eu de réaction d’hypersensibilité lors de l’administration du PDC. Deux patients (9%) ont présenté des réactions de grade 1 qui n’ont pas conduit à un arrêt du PDC. Quatre (18%) ont présenté des réactions (grade 2/3) qui ont nécessité l'arrêt définitif du carboplatine.

DISCUSSION/CONCLUSION :

Dans notre centre, le PDC a permis la poursuite du carboplatine chez 82% des patients. Les patients pour lesquels le traitement a malgré tout dû être arrêté n’ont pas présenté de réactions mettant en jeu leur pronostic vital. En conclusion, le PDC permet la poursuite du carboplatine dans la majorité des cas. Néanmoins, compte tenu de l’effectif réduit de la cohorte, ces résultats nécessitent d’être confirmés à plus large échelle.