Résumé 119


Mise en place d’entretiens thérapeutiques par visioconférence pour les patients traités par thérapie ciblée per os dans le cancer bronchique non à petites cellules

Thématique : Suivi thérapeutique

Auteur(s) :
George Karen (Pharmacie) | Charlety Dominique (Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes) | Coulouvrat Sandra (CS 10217) | Toffart Anne-Claire (38043 Grenoble Cedex 09) | Moro-Sibilot Denis (Pharmacie) | Allenet Benoit (Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes) | Bedouch Pierrick (CS 10217) | (38043 Grenoble Cedex 09) | (Oncologie Thoracique) | (Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes) | (CS 10217) | (38043 Grenoble Cedex 09) | (Oncologie Thoracique) | (Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes) | (CS 10217) | (38043 Grenoble Cedex 09) | (Oncologie Thoracique) | (Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes) | (CS 10217) | (38043 Grenoble Cedex 09) | (Pharmacie) |

Introduction :

Avec les thérapies ciblées per os, le patient est autonome pour gérer son traitement. Son observance est capitale pour la réussite du traitement. Un accompagnement thérapeutique est nécessaire mais difficile à organiser. Les entretiens thérapeutiques en visioconférence permettent de se libérer des contraintes temporo spatiales pour le patient et les soignants. L’objectif est d’évaluer la faisabilité des entretiens par visioconférence.

Matériel et méthode :

Cette étude prospective a été menée entre Septembre 2016 et Septembre 2017. Les patients initiés sous thérapie ciblée, consentants, disposant d’une connexion internet à domicile ont été inclus. Des entretiens thérapeutiques en visioconférence avaient lieu à dix, vingt jours puis après chaque consultation médicale. Ils étaient menés par un pharmacien , un interne en pharmacie et une infirmière. Les critères analysés étaient : le nombre de patients à qui le projet a été proposé, le nombre de patients inclus, le nombre total d’entretiens par visioconférence, la durée moyenne d’un entretien, la satisfaction des patients, les difficultés techniques.

Résultats :

Le projet a été proposé à 12 patients de 65 ans en moyenne [49-84]. Parmi lesquels, 4 patients de 58 ans en moyenne [49-66] ont été inclus, 3 ont fini et un est décédé pendant l’étude. Quatorze entretiens ont été menés, 12 par visioconférence, 1 par téléphone et 1 par visioconférence et téléphone à cause d’une mauvaise connexion internet. Deux patients ont eu des difficultés d’installation du logiciel expliquant un délai allongé avant la première visioconférence : 19 jours en moyenne au lieu des 10 prévus. Chaque patient a bénéficié de 3 à 4 entretiens. La durée moyenne du premier entretien était de 42 minutes [25-54] puis de 37 minutes [12-57]. Trois patients sur les 4 inclus étaient satisfaits du moyen de communication. Ils ont trouvé le logiciel facilement utilisable, les entretiens par visioconférence préférables à un entretien à l’hôpital, le nombre total d’entretiens reçus suffisants et la fréquence des entretiens par visioconférence convenable.

Discussion / conclusion :

La file active est moins importante que prévue. L’âge moyen était de 65.7ans avec 4 patients de plus de 75ans. Ces patients n’étaient pas toujours familiarisés avec internet. Cette limite était attendue. Un facteur moins anticipé correspond aux essais cliniques ouverts en oncologie thoracique, ne nous permettant pas de proposer notre étude aux patients inclus. Si les résultats ne sont pas significatifs vu notre faible cohorte, les patients inclus étaient satisfaits des entretiens thérapeutiques en visioconférence. Ils préservent un lien humain à distance, sans déplacement à l’hôpital. Ils sont adaptables aux besoins des patients et aux contraintes professionnelles. La visioconférence est pratique lorsqu’elle fonctionne. La limite du logiciel utilisé est le manque de sécurisation des données échangées. L’organisation du projet nécessiterait peut-être d’être améliorée pour des inclusions à plus grande échelle.

10