Résumé 121


Prise en charge par Rituximab : qu’attendre des biosimilaires ?

Thématique : Pharmacoéconomie

Auteur(s) :
Bouron Alexis (Service Pharmacie CHU d'Angers) | Luque Paz Marie (Service Pharmacie CHU d'Angers) | Bodin Aurélie (Service Pharmacie CHU d'Angers) | Lebreton Anne (Service Pharmacie CHU d'Angers) | Le Quay Luc (Service Pharmacie CHU d'Angers) | Levaux-Faivre Marie-Monique (Service Pharmacie CHU d'Angers) | Clerc Marie Anne (Service Pharmacie CHU d'Angers) |

Votre résumé doit être structuré de la manière suivante :

  • Introduction

    Le rituximab est un anticorps monoclonal, indiqué principalement en hématologie et en rhumatologie et inscrit sur la liste hors-GHS (Groupe Homogène de Séjour). En 2016, le rituximab représentait la 1ère des dépenses médicamenteuses de notre centre hospitalier pour un montant d’environ 3,2 millions d’euros. L’arrivée des biosimilaires du rituximab nous amène donc aujourd’hui à estimer les gains potentiels selon plusieurs hypothèses de prescription.

  • Matériels et méthodes

    Après avoir étudié la répartition des 2 850 unités de rituximab consommées dans notre établissement en 2016 selon les indications et la voie d’administration et après avoir estimé l’évolution du prix d’achat unitaire moyen, une simulation de trois scénarii économiques à 2 ans a été réalisée.

  • Résultats

    Les 2 850 unités de rituximab sont réparties de la manière suivante : 14% par voie sous cutanée dans les indications AMM (Autorisation de Mise sur le Marché), 39% par voie IV (Intraveineuse) dans les indications AMM, 34% par voie IV dans les indications PTT (Protocoles Thérapeutiques Temporaires) ou validées par l’INCA (Institut National du Cancer) et 13% par voie IV dans des indications hors référentiels validées par la COMEDIMS (Commission du Médicament et des Dispositifs Médicaux Stériles).

    L’estimation de l’évolution des prix unitaires est basée sur les baisses de prix attendues par les fournisseurs et corroborées par notre expérience du marché de l’infliximab et de son biosimilaire. Nous nous sommes basés sur l’hypothèse la plus péjorative en terme de baisse de prix et nous avons considéré que le prix unitaire moyen n’évoluait pas en 2017 par rapport à 2016 malgré la mise sur le marché du biosimilaire au 2nd semestre 2017. Pour 2018, il est estimé une baisse de prix du rituximab princeps de -10% et de -15% pour le biosimilaire. Pour 2019, il est estimé une baisse de prix du rituximab princeps de -20% et de -30% pour le biosimilaire.

    3 scenarii ont été élaborés, alors que le scénario 1 envisage une prescription exclusive du princeps, le scénario 2 envisage une prescription exclusive du biosimilaire. Le scénario 3 se base, lui, sur la prescription simultanée du princeps dans les indications hors référentiels et la voie SC et du biosimilaire dans les indications AMM et PTT par voie IV.

    Considérant ce dernier comme le plus probable, nous estimons un gain achat, à 2 ans, d’environ 900 000€/an pour notre établissement.

  • Discussion/Conclusion

    Adopter une vision globale du marché du rituximab au CHU d’Angers nous permettra de valider, avec les prescripteurs hospitaliers et la COMEDIMS, les indications thérapeutiques autorisant le passage au biosimilaire. Ce travail va ainsi nous permettre de définir une stratégie d’achat du rituximab.