Résumé 133


E-santé : enquête de satisfaction auprès de patients sous chimiothérapie inclus dans un programme de recueil de données cliniques en ligne

Thématique : Pharmacie clinique

Auteur(s) :
Jamet Charlotte (Hôpital Foch 40 rue Worth 92151 Suresnes) | Clémentine Moulin (Hôpital Foch 40 rue Worth 92151 Suresnes) | Karine Sejean (Hôpital Foch 40 rue Worth 92151 Suresnes) | Matthieu Boudon (Hôpital Foch 40 rue Worth 92151 Suresnes) | Coralie Lepage-Seydoux (Hôpital Foch 40 rue Worth 92151 Suresnes) | Sylvie Chabou (Hôpital Foch 40 rue Worth 92151 Suresnes) | Valérie Laune (Hôpital Foch 40 rue Worth 92151 Suresnes) | Brigitte Bonan (Hôpital Foch 40 rue Worth 92151 Suresnes) |

Introduction

Depuis février 2016, notre établissement dispose d'un programme d'appel à l’ensemble des patients sous chimiothérapie en hôpital de jour. Il permet de recueillir les données cliniques et biologiques 48 heures avant leur séance. Après un an d’appels effectués par une infirmière dédiée d’une plateforme téléphonique, certains patients ont émis le souhait de pouvoir répondre en ligne à ces questions, ce qui a été réalisé. L’objectif de ce travail a été d’évaluer la satisfaction des patients sur la version en ligne de notre questionnaire.

 

Matériels et méthodes

Les questions de l’enquête de satisfaction concernent la compréhension, l’accessibilité et la facilité de saisie en ligne. Elles ont été posées aux patients lors d’un entretien individuel avec un pharmacien.

 

Résultats

Entre juillet et août 2017, 50 patients ont été interrogés. L’âge moyen était de 60,6 ans. Parmi ces patients, 56 % avaient précédemment participé au programme avec appel d’une infirmière avant de passer à la version en ligne du questionnaire. La plupart des patients (76 %) estiment avoir été informés de manière claire sur cette nouvelle modalité du programme. Les patients accèdent au réseau internet facilement (pour 96 % d’entre eux) et consultent leurs mails plusieurs fois par semaine (98 %). Seuls 4 % des patients ont rencontré des problèmes d’affichage du questionnaire. Ils utilisent plusieurs outils de connexion : ordinateur (80 % des patients), tablette (20 %) et smartphone (20 %). Certains patients (18 %) ont rencontré des problèmes pour accéder au questionnaire via le mail qui leur était envoyé. La fréquence des relances pour répondre est jugée satisfaisante par 78 % des patients. 10 % des patients ont rapporté un problème de compréhension portant spécifiquement sur une question. Aucun patient n’a trouvé  le temps long pour remplir le questionnaire en ligne. A 98 %, les patients sont prêts à recommander le programme à d'autres patients, 2 % ne se prononcent pas. 16 % des patients estiment souhaitable de recevoir un message de confirmation de saisie des données après enregistrement du questionnaire.

 

Discussion/Conclusion

Un important travail a été nécessaire pour valider ce questionnaire en ligne tout en conservant une correspondance avec les grades de toxicité définis par le National Cancer Institute et s’assurer de la bonne compréhension des questions par les patients. Il a été testé par des patients avant sa diffusion. Ce mode de recueil de données cliniques est désormais validé dans notre établissement et concerne actuellement 30 % des patients. Il répond aux attentes de certains patients et réduit le coût du programme pour l’hôpital. Cependant cette version ne peut être proposée qu’à des patients volontaires, familiers de l’usage d’outils informatiques et disposant d'un bon accès au réseau internet. Elle constitue une alternative complémentaire au recueil téléphonique effectué par une infirmière.