Résumé 144


Optimisations techniques d’une méthode de contrôle analytique des préparations anticancéreuses (QCRx©)

Thématique : Assurance qualité

Auteur(s) :
Hoden Louise (1 avenue Claude Vellefaux 75010 Paris) | Dectot Basile (1 avenue Claude Vellefaux 75010 Paris) | Sauvageon Hélène (1 avenue Claude Vellefaux 75010 Paris) | Jourdan Nathalie (1 avenue Claude Vellefaux 75010 Paris) | Faure Pierre (1 avenue Claude Vellefaux 75010 Paris) | Madelaine Isabelle (1 avenue Claude Vellefaux 75010 Paris) |

Introduction :

Après 6 mois d’utilisation d’un QCRx© (spectrométries UV-visible et raman) comme méthode de contrôle libératoire des préparations anticancéreuses produites dans notre unité, un premier bilan des résultats obtenus est réalisé. Il repose sur le suivi de différents indicateurs de qualité, qui nous permettent d’évaluer un biais éventuel de la technique de dosage lorsqu’un résultat est hors limites (indépendamment de la variabilité de la préparation). L’objectif est d’explorer les moyens disponibles pour l’optimisation du dosage par QCRx©.

 

Matériels et Méthodes :

16540 résultats d’analyse par QCRx© ont été répertoriés par molécule (27 différentes) selon 3 indicateurs mesurés indépendamment : le pourcentage de résultats supérieurs à ±15% (limites d’acceptation utilisées), le pourcentage de résultats entre ±10% (limites d’acceptation recommandées par la SFPO) et ±15%, et le pourcentage d’erreur d’identification de la molécule. Pour chaque critère, les évolutions des étalonnages et des bibliothèques spectrales des 5 molécules présentant le plus fort taux d’erreur ont été analysées.

 

Résultats :

98,5% des résultats sont conformes quantitativement, et 96,1% qualitativement.

5 molécules présentant les taux les plus élevés …
… de résultats entre 10 et 15%

(2,4% des résultats)

… de résultats supérieurs à 15%

(1,5% des résultats)

… d’erreurs d’identification

(3,9% des résultats)

Méthotrexate

Cyclophosphamide

Epirubicine

Cisplatine

Docétaxel

Méthotrexate

Bléomycine

Cyclophosphamide

Cisplatine

Vinblastine

Trastuzumab

Doxorubicine

Rituximab

Vinblastine

Cyclophosphamide

 

Différentes optimisations sont possibles :

Des recalibrations de gamme ont permis de réduire les résultats compris entre ±10 et ±15% pour les préparations de méthotrexate (-8,3%), bléomycine (-5,9%), et vinblastine (-4,2%). Aussi le taux de contrôles supérieurs à ±15%  a diminué pour les préparations de méthotrexate (-2,3%), de bléomycine (-0,4%), et de vinblastine (-0,5%).

Les erreurs d’identification concernent des anticorps monoclonaux, anthracyclines, vinca-alcaloïdes, et les oxazaphosphorines. La suppression de spectres inutiles dans la bibliothèque spectrale de référence a permis  de diminuer le taux d’erreur d’identification pour le trastuzumab (-23,7%) et la vinblastine (-4,4%). De plus la modification de zones spectrales de référence, ou de l’outil informatique de calcul de ressemblance des spectres a amélioré l’identification du rituximab (-14,4% d’erreurs), mais pas celle de la doxorubicine (+8,5%).

 

Discussion/Conclusion :

 

Les biais de quantification analytiques sont plus fréquents pour des molécules visqueuses (docétaxel) ou nécessitant une étape de reconstitution (bléomycine, cyclophosphamide). De plus, Il reste difficile de différencier les molécules dont la structure chimique est proche (anticorps monoclonaux, anthracyclines).

Des solutions simples existent pour améliorer le dosage de molécules anticancéreuses par QCRx©. Des moyens plus poussés techniquement sont également exploitables (modification des zones spectrales ou de l’outil de calcul), mais nécessitent de la précision et une expertise du logiciel.

Enfin, le recours à une seconde technique de dosage (chromatographique par exemple) peut être complémentaire en cas de difficulté de dosage par QCRx©.