Résumé 152


Etude rétrospective d’un an du bon usage du Nivolumab dans la prise en charge du cancer bronchique non à petites cellules

Thématique : Evaluations cliniques

Auteur(s) :
Gardon Bénédicte (Service Pharmacie CH annecy Genevois - site Annecy – 21 impasse des îlettes 74370 Epagny Metz-Tessy) | Poirot-Lutrin Fabienne (Service Pharmacie – CH annecy Genevois - site Annecy – 21 impasse des îlettes - 74370 Epagny Metz-Tessy) | Zecchini Céline (Service Pharmacie – CH annecy Genevois site Annecy – 21 impasse des îlettes 74370 Epagny Metz-Tessy) | Combes Alexandra (Service Pharmacie – CH annecy Genevois site Annecy – 21 impasse des îlettes 74370 Epagny Metz-Tessy) | Lourman Philippe (Service Pharmacie – CH annecy Genevois site Annecy – 21 impasse des îlettes 74370 Epagny Metz-Tessy) | Guérin Franck (Service Pharmacie – CH annecy Genevois site Annecy – 21 impasse des îlettes 74370 Epagny Metz-Tessy) |

Introduction :

Le Nivolumab (OPDIVO®) possède une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) dans les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) épidermoïdes, localement avancé ou métastatique, après une chimiothérapie antérieure et dans les CBNPC non épidermoïdes.

Cet anticorps monoclonal, bloquant l’interaction entre le PDL-1 et son récepteur le PD-1, fait partie des molécules onéreuses remboursées en sus du GHS ce qui limite son remboursement à des indications précises.

Un audit clinique a été mené au CH d’Annecy-Genevois afin d’évaluer la pertinence des prescriptions de Nivolumab, mais aussi son efficacité et sa tolérance.

Matériel & Méthodes :

Une étude rétrospective de l’ensemble des prescriptions de Nivolumab entre le 01/09/2015 et le 01//09/2016 a été réalisée par une équipe pluridisciplinaire (médecins et pharmaciens). La conformité des prescriptions a été évaluée par rapport au résumé des caractéristiques du produit. Les informations sont recueillies à partir du dossier patient informatisé (Orbis®), enregistrées sur une grille de recueil spécifique et traitées grâce au logiciel Google Forms®.

Résultats :

43 patients (29 hommes et 14 femmes) ont été inclus, 28 étaient atteints d’un CBNPC non épidermoïde et 15 d’un CBNPC épidermoïde. Sur les 43 dossiers, 10 étaient non conformes au résumé des caractéristiques du produit (23.3%) : un pour absence de passage en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP), six pour absence de traçabilité des mutations et trois pour initiation du traitement malgré un indice de performance ECOG > 1. Cependant, pour tous les dossiers, l’indication AMM était respectée.

Concernant la toxicité et la survenue d’effets indésirables : trois patients (7%) ont présenté une réaction à la perfusion dont une réaction sévère, deux patients (4.7%) ont été atteints d’une pneumopathie inflammatoire, un d’une hépatite (2.3%), quatre d’endocrinopathies (9.3 %) et deux de rash (4.7%). Aucun évènement indésirable cardiaque et pulmonaire n’a été retrouvé. Au moment de l’audit, une réponse clinique objective avait été observée pour 28 patients (65.1%)

Discussion/Conclusion :

L’utilisation du Nivolumab dans notre établissement est donc convaincante. D’une part, la conformité des prescriptions en regard de l’AMM permet d’obtenir son remboursement. D’autre part, le taux de réponse clinique est prometteur et la tolérance globalement bonne.

A l’issu de l’audit clinique, des actions d’amélioration ont été mises en place pour atteindre les 100% de conformité avec un Suivi Prospectif des Indications (SPI), une vérification de la fiche RCP lors de la validation des chimiothérapies et une formation des prescripteurs à la saisie des indicateurs physiologiques à l’initiation du traitement.

Le SPI est une démarche qui est désormais intégrée en routine dans la validation pharmaceutique des chimiothérapies. Une collaboration étroite avec le prescripteur est nécessaire pour l’optimiser.