Résumé 169


Trastuzumab sous-cutané dans le cancer du sein – Evaluation de l’arrivée d’une nouvelle formulation dans 3 établissements sanitaires

Thématique : Pharmacie clinique

Auteur(s) :
Boudet Adeline (OMéDIT Centre-Val de Loire) | Madelaine-Chambrin Isabelle (CHRU de Tours) | Escalup Laurence (2) | (boulevard Tonnellé) | (37000 Tours) | (Hôpital Saint-Louis) | (Service pharmacie) | (1) | (Avenue Claude Vellefaux - 75010 PARIS) | (Institut Curie) | (Service pharmacie) | (26 Rue d'Ulm) | (75005 Paris) |

  • Introduction : Le trastuzumab reste un traitement incontournable dans le traitement des cancers du sein exprimant HER2. L’arrivée de la formulation sous-cutanée (FSC) a été annoncée par le laboratoire pharmaceutique comme pouvant améliorer la prise en charge des patientes, via des études cliniques (préférence patient, non infériorité, tolérance et pharmacocinétique). L’objectif de notre étude est d’évaluer en vie réelle l’impact de la FSC dans ses aspects clinique, organisationnel et pharmaco-économique.
  • Matériels et méthodes : Toutes les patientes traitées par du trastuzumab SC, dans 3 établissements, du 1/10/2014 au 31/05/2015 ont été inclues dans l’étude. Le recueil rétrospectif des données a été réalisé à partir du logiciel Chimio® et des dossiers cliniques. Deux questionnaires ont évalué la préférence des patientes et des prescripteurs. L’analyse économique a comparé les coûts de ces deux formes.
  • Résultats : 151 patientes ont été inclues (âge moyen : 59 ans, poids moyen : 66 kg). Dans 72,8% des cas, l’instauration de la FSC était au stade adjuvant de la maladie. Au cours de l’étude, 1,3% des patientes ont progressé sous la FSC. 97,3% des patientes ont reçu la forme IV avant la FSC. Aucune patiente n’avait de chimiothérapie injectable associée au moment du passage à la FSC. La FSC est bien tolérée (72% des patientes et 73% des médecins l’expriment). 93% des médecins voient un intérêt à la FSC (gain de temps en HDJ et la facilité d’administration). Seulement 13% des médecins avaient remplacé toute leur prescription par la FSC. L’administration rapide motive le passage à la FSC, pour 36 % des patientes. 85 % des patientes préfèrent la FSC (vs 91 % dans l’étude PrefHer).  36% des patientes déclarent avoir eu un effet indésirable (EI) avec la FSC (intolérance locale dans 50% des cas, entraînant le retour à la forme IV pour 6% des patientes). La majorité des patientes sont satisfaites (88%) et tolèrent correctement (72%) cette FSC. Pour une dose moyenne de 395mg en IV (6mg/kg) vs 600 mg en SC, un surcoût de 25,13€/préparation est observé avec la FSC (temps personnel, consommables et principe actif). Soit un  surcoût observé de 79 712€/an pour un établissement réalisant 3 172 préparations de trastuzumab/an.
  • Discussion/Conclusion : Pour la FSC, l’étude montre : une tolérance similaire à celle retrouvée dans les études cliniques et un surcoût global, malgré le gain de temps personnel et en consommables. Cette forme plébiscitée par les patientes, apporte une opportunité d’optimisation de la gestion des HDJ et des unités de production. Les appréhensions cliniques ne sont pas encore levées et sa place dans la stratégie thérapeutique reste encore principalement en monothérapie, n’autorisant pas la suppression de la forme IV. Donc la question du référencement du biosimilaire IV du trastuzumab se posera.