Résumé 170


Neuropathies périphériques induites sous paclitaxel dans le traitement du cancer du sein

Thématique : Pharmacie clinique

Auteur(s) :
Pantanella Manon (Pharmacie - Hopital Saint Louis 1 avenue Claude Vellefaux 75010 Paris) | Jonchere Gabrielle (Pharmacie - Hopital Saint Louis 1 avenue Claude Vellefaux 75010 Paris) | Cartier François (Pharmacie - Hopital Saint Louis 1 avenue Claude Vellefaux 75010 Paris) | Madelaine Isabelle (Pharmacie - Hopital Saint Louis 1 avenue Claude Vellefaux 75010 Paris) |

Introduction

Le cancer du sein est le 1er cancer chez la femme. Son schéma thérapeutique emploie notamment des taxanes (docétaxel ou paclitaxel) dans le traitement adjuvant ou néo-adjuvant, mais aussi en situation métastatique. En février 2017, suite à des cas d’entérocolites fatals, l’ANSM et l’INCa ont publié un avis recommandant d’éviter la prescription du docétaxel dans le cancer du sein non métastatique, ce qui a provoqué l’utilisation d’un schéma thérapeutique avec le paclitaxel, non dénué d’effets indésirables (EI), notamment les neuropathies périphériques (NP). Notre objectif est d’évaluer les toxicités à type de NP sous paclitaxel.

Matériel et méthodes

Nous avons réalisé au sein de notre établissement une étude descriptive rétrospective en incluant tous les patients atteints d’un cancer du sein ayant reçu du paclitaxel de janvier à juillet 2017.  Le recueil des données s’est fait via le dossier informatique des patients et le logiciel CHIMIO®.

Résultat

Un total de 101 patients a reçu du paclitaxel (âge moyen 56.9 ans [29-83 ans], dont 14 diabétiques. Le sex ratio est de 1 :100. Parmi eux, 27 ont été traités par chimiothérapie néoadjuvante, 64 par chimiothérapie adjuvante et 10 étaient en situation métastatique. La dose cumulée moyenne reçue est de 880 mg/m². 65 patients ont connu des NP, dont 20 sous schéma néoadjuvant, 35 sous schéma adjuvant et 10 métastatique. Parmi eux, 10 étaient diabétiques. 20% des patients ont subi une diminution de dose (de 25 à 50%) à cause des EI, dont 14% à cause de NP. Les NP apparaissent après une médiane de 8 perfusions. Au sein de ces neuropathies on retrouve 41 de grade 1 (63%), 15 de grade 2 (23%), 3 de grade 3 (5%).

Discussion

Au sein de notre cohorte on retrouve un nombre élevé de NP d’apparition retardée (milieu du 3ème cycle). Elles restent également majoritairement de grades modérés (86% de grade 1 et 2). On observe également une répartition différente en fonction des schémas thérapeutiques, avec 100% de neuropathies chez des patients en situation métastatique, lié à des lignes précédentes employant des molécules neurotoxiques. Le changement du docétaxel vers le paclitaxel a entraîné pour nos patients une modification de schéma thérapeutique avec plus de perfusions, des EI à type de NP chez 65% d’entre eux et un risque de diminution de dose pour EI chez un patient sur cinq, conséquences importantes à rapporter. Le 5 juillet, après avoir mené une revue de la pharmacovigilance des spécialités à base de docétaxel, l’ANSM et l’InCA ont levé la recommandation d’éviter le docétaxel dans le cancer du sein opérable.