Résumé 174


Suivi des patientes traitées par l’association taxanes, pertuzumab, trastuzumab dans le cancer du sein métastatique.

Thématique : Evaluations cliniques

Auteur(s) :
Spinau Coline (Institut de Cancérologie de Montpellier 208 rue des Apothicaires 34298 Montpellier cedex 5) | Bekhtari Khedidja (Institut de Cancérologie de Montpellier 208 rue des Apothicaires 34298 Montpellier cedex 5) | Poujol Sylvain (Institut de Cancérologie de Montpellier 208 rue des Apothicaires 34298 Montpellier cedex 5) | Jacot WIlliam (Institut de Cancérologie de Montpellier 208 rue des Apothicaires 34298 Montpellier cedex 5) | Pinguet Frederic (Institut de Cancérologie de Montpellier 208 rue des Apothicaires 34298 Montpellier cedex 5) |

Votre résumé doit être structuré de la manière suivante :

Introduction

Depuis 2010 le pertuzumab est indiqué en association au trastuzumab et au docétaxel, dans le traitement de patients adultes atteints d'un cancer du sein métastatique ou localement récidivant non résécable HER2 positif, n'ayant pas reçu au préalable de traitement anti-HER2 ou de chimiothérapie au stade métastatique. Ce traitement a constitué une avancée majeure  en termes de survie et en qualité de vie. L’objectif de ce travail est d’avoir un état des lieux des patientes traitées à l’Institut de Cancérologie de Montpellier (ICM) par l’association préconisée selon l’autorisation de mise sur le marché (AMM). Cette analyse descriptive fait un focus sur les toxicités engendrées par les taxanes et ayant motivé un arrêt du traitement.

Matériels et méthodes

Les données ont été recueillies pour les patientes traitées par pertuzumab depuis sa disponibilité à l’ICM (début 2014). Les données cliniques et pharmacologiques ont été extraites à partir des logiciels Crossway© et Chimio© respectivement. Les critères d’analyses étaient les suivants : âge lors de l’instauration de la chimiothérapie (Taxane + pertuzumab + trastuzumab), identification du taxane utilisé (docétaxel, paclitaxel), nombre moyen de cycles sous taxanes, nombre moyen de cycles sous pertuzumab, causes d’arrêt du taxane et de l’association pertuzumab + trastuzumab.

Résultats

Au total 55 patientes ont été traitées depuis 2014 à l’ICM. L’âge moyen d’initiation du traitement était de 58,2 ans (écart-type = 10,6 ans). Le nombre moyen de cycles de l’association taxane, pertuzumab et trastuzumab était de 6 par patient [min=1 ; max=17]. L’initiation du traitement a été faite avec du docétaxel (56,4% n=31) et du paclitaxel (43,6% n=24). 43 patientes ont interrompu le taxane avec pour principales causes d’arrêt une toxicité digestive (23,3% n=10), une toxicité cutanée (18,6% n=8) et une neurotoxicité (9,3% n=4). Les autres patientes ont arrêté pour association de ces toxicités (32,5% n=14) ou pour des raisons diverses (16,3% n=7). Le nombre moyen de cycles pertuzumab + trastuzumab après l’arrêt du taxane était de 13 par patient [min=1 ; max=51]. 16 patientes ont interrompu cette association : 13 définitivement (progression) et 3 temporairement (colite ischémique, cardiotoxicité et tableau atypique neuropathique) pour lesquelles des investigations sont en cours (imputabilité du traitement).

Discussion/Conclusion

Les toxicités ayant entrainé l’arrêt du taxane ont déjà été observées, la toxicité digestive seule ou associée à d’autres effets reste fréquente chez les patientes traitées par l’association. Le traitement par pertuzumab et trastuzumab est bien toléré, avec une moyenne de 13 cycles par patiente. La majorité des arrêts étaient dus à une progression. Il est nécessaire cependant de poursuivre l’évaluation de la toxicité du pertuzumab, car 3 cas non encore résolus peuvent constituer des signaux de pharmacovigilance.