Résumé 18


Evaluation de l'intérêt d'une analyse pharmaceutique chez les patients naïfs traités pour myélome multiple par chimiothérapie per os

Thématique : Pharmacie clinique

Auteur(s) :
Archinard-Favier Camille (CHU Caremau Pharmacie Place Pr Debré 30 029 Nimes cedex) | Leguelinel-Blache Geraldine (CHU Caremau Pharmacie Place Pr Debré 30 029 Nimes cedex) | Bourquard Pascal (institut Gardois de Cancerologie Hématologie Rue du professeur Henri Pujol 30900 Nîmes) | Cousin Christelle (Institut Gardois de Cancerologie Unité de Pharmacie Oncologique Rue du professeur Henri Pujol 30900 Nîme) | Favier mireille (CHU Caremau Pharmacie Place Pr Debré 30 029 Nimes cedex) |

Votre résumé doit être structuré de la manière suivante :
  • IntroductionLes personnes âgées ont une sensibilité accrue à l’iatrogénie médicamenteuse du fait de leur polymédication et des modifications physiologiques liées à l’âge. En oncogériatrie, s’ajoute le risque de survenue d’interactions médicamenteuses (IM) avec les anticancéreux. L’objectif de ce travail est d’évaluer l’intérêt d’une analyse pharmaceutique chez des patients atteint de myélome multiple (MM), non prétraités et débutant un traitement par chimiothérapie per os (PO) (protocoles RVD ou VMP) en hôpital de jour (HJ).
  • Matériels et méthodesL’analyse pharmaceutique reposait sur la conciliation médicamenteuse (CM) avec la réalisation du Bilan Médicamenteux Optimisé (BMO) et la recherche des divergences non intentionnelles (DNI), la recherche d’IM et le suivi du bilan biologique du patient. Les données prises en compte étaient le traitement personnel du patient, le traitement spécifique du MM et le traitement prophylactique associé. 1) CM : Réalisation du BMO à partir de 3 sources d'information convergentes (le dossier médical, le patient et l’officine). Les critères évalués sont le nombre de patients ayant déjà un traitement à domicile, le nombre moyen de médicaments prescrits par patient, le nombre moyen de DNI par patient et les types de DNI. 2) IM : recherche  via le logiciel UptoDate©. Les critères évalués sont le nombre moyen d’IM par patient, le nombre de mécanismes d’IM décelés et les niveaux de risque associés. 3) Suivi du bilan biologique : les critères évalués sont le nombre et les types d’anomalies retrouvées.
  • RésultatsCe travail s’est déroulé entre mai et décembre 2016. Dix patients ont été inclus, (60,0% d’hommes et 40,0% de femmes). L’âge médian était de 60,0 ans (Q25% = 57,0 ans et Q75%=65,3 ans). 1) Sept patients avaient un traitement à domicile. Le nombre moyen de médicaments prescrits par patient était de 3,3±1,8. Le nombre moyen de DNI par patient était de 2,4±2,6. Sur les 24 DNI retrouvées les principales sont les omissions (54,2%) et l’absence de précision du dosage (25,0%). 2) Le nombre moyen d’IM par patient est de 3,7±2,6, 19 mécanismes d’IM ont été décelés répartis en niveaux de risque décroissant D (3), C (14) et B (2). 3) Suivi particulier de la kaliémie (3 patients) et de la natrémie  (1 patient) : aucune anomalie retrouvée ; suivi de la fonction rénale : une contre-indication décelée.
  • Discussion/ConclusionLa majorité des patients de notre étude sont polymédiqués. Cette polymédication est imparfaitement connue par l’hématologue et expose le patient à un nombre élevé d’IM de gravité parfois importante, ainsi qu’à des variations du bilan biologique. L’analyse pharmaceutique avant l’initiation d’un traitement par chimiothérapies PO en HJ présente un intérêt majeur dans la prise en charge du patient en permettant de lutter contre le risque iatrogène.