Résumé 202


Efficacité et tolérance de l'association Ipilimumab/Nivolumab dans le mélanome avancé en vraie vie

Thématique : Evaluations cliniques

Auteur(s) :
BOCQUET Arnauld (CHU TIMONE-ONCOPHARMA.264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | CARBASSE Clément (CHU TIMONE-ONCOPHARMA.264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | FLOUTIER Marine (CHU TIMONE-ONCOPHARMA.264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | CHERPIN Amélie (CHU TIMONE-ONCOPHARMA.264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | GUEDON Amaury (CHU TIMONE-ONCOPHARMA.264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | GAUTHIER VILLANO Laurence (CHU TIMONE-ONCOPHARMA.264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | MONESTIER Sandrine (CHU TIMONE-Service de dermatologie..264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | BERTAULT PERES Pierre (CHU TIMONE-PHARMACIE.264 rue Saint PierreGROB Jean Jacques 13005 MARSEILLE) | POURROY Bertrand (CHU TIMONE-Service de Dermatologie.264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | (CHU TIMONE-ONCOPHARMA.264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) |

CHU TIMONEIntroduction:

L’association ipilimumab/nivolumab dans la prise en charge de mélanome à un stade avancé et métastatique, a été mise à disposition récemment à titre compassionnel. Le schéma d’administration est le suivant : ipilimumab 1 mg/kg et nivolumab 3 mg/kg tous les 21 jours, pour un total de 4 cures suivi d’une administration nivolumab 3mg/kg tous les 15 jours après 3 semaines de repos selon le schéma habituel. Nous évaluons ici l’efficacité et la tolérance en vie réelle de ce traitement dans notre centre.

Matériel et méthode :

Cette étude rétrospective monocentrique réalisée du 1er février 2017 au 31 aout 2017 évalue la tolérance et l’efficacité de l’association ipilimumab/nivolumab chez des patients atteints de mélanome à un stade avancé. Nous avons répertorié pendant la période de traitement par la bithérapie : les effets indésirables, le nombre de cures, les intercures, et la réponse au traitement (critères RECIST). Ces données ont été extraites du logiciel Chimio® et de notre dossier patient informatisé (AxiGate®).

Résultats :

6 patients ont reçu l’association (3 femmes et 3 hommes ; âge moyen 55.5 ans [39 - 79] ; 3 BRAF sauvage/ 3 BRAF muté). Les patients présentaient entre 1 et 5 métastases de localisations diverses : thoracique, péritonéale, médiastinale, pancréatique, hépatique, rénale, osseuse, sous-cutanée et cérébrale. A l’initiation du traitement, 5 patients présentaient un statut ECOG 0 et 1 patient un ECOG 3. 4 patients n’ont reçu que 2 à 3 cures de bithérapie (2 arrêts pour progression et 2 pour toxicité). Sur ces 4 patients, 1 patient est décédé en cours de traitement, 1 patient a progressé, 1 patient a présenté une régression partielle et le dernier une stabilité de sa maladie. Les deux patients présentant une maladie stable ou en régression partielle sont en cours de traitement par nivolumab. Un cinquième patient est en cours de traitements (2 bithérapies administrées sur les 4). Le sixième patient a reçu les 4 cures prévues de bithérapie et présente une régression des lésions. Il continue son traitement en monothérapie. Au niveau des effets indésirables, nous retrouvons 1 cytolyse de grade 1 et 3 de grade 3 (entrainant l’arrêt des traitements), une diarrhée de grade 1 et une dysthyroïdie chez 3 patients.

Discussion/conclusion :

Les données d’efficacité et de toxicité sont conformes aux résultats de l’étude de phase III (Phase 3 Study of Nivolumab or Nivolumab Plus Ipilimumab Versus Ipilimumab Alone in Previously Untreated Advanced Melanoma (CA209067)). Nous retrouvons le très mauvais profil de tolérance de cette association, qui a provoqué l’arrêt prématuré du traitement chez deux patients malgré l’obtention de réponses au traitement. Ces données en vraie vie mettent en lumière l’impérieuse nécessité de sélectionner scrupuleusement les patients devant bénéficier de cette association efficace mais excessivement toxique.

10