Résumé 207


Efficacité et tolérance du nivolumab dans le mélanome avancé ou métastatique en vraie vie: analyse rétrospective sur une période de 3 ans.

Thématique : Evaluations cliniques

Auteur(s) :
BOCQUET Arnaud (CHU TIMONE-ONCOPHARMA. 264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | CARBASSE Clément (CHU TIMONE-ONCOPHARMA. 264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | Floutier Marine (CHU TIMONE-ONCOPHARMA. 264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | CHERPIN Amélie (CHU TIMONE-ONCOPHARMA. 264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | GUEDON Amaury (CHU TIMONE-ONCOPHARMA. 264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | GAUTHIER VILLANO Laurence (CHU TIMONE-ONCOPHARMA. 264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | MONESTIER Sandrine (CHU TIMONE-Service de dermatologie. 264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | BERTAULT PERES Pierre (CHU TIMONE-ONCOPHARMA. 264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | GROB Jean Jacques (CHU TIMONE-Service de Dermatologie. 264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) | POURROY Bertrand (CHU TIMONE-ONCOPHARMA. 264 rue Saint Pierre. 13005 MARSEILLE) |

Introduction :

Le nivolumab est indiqué en monothérapie dans le traitement des patients atteints d’un mélanome non résécable ou métastatique. Il est utilisé en première ligne ou en deuxième, après progression sous anti Braf + anti MEK chez les patients présentant une mutation Braf. Nous rapportons ici l’efficacité et la tolérance du nivolumab en pratique clinique.

Matériel et méthodes

Cette étude monocentrique rétrospective a été réalisée sur une période de 3 ans sur l’ensemble des patients atteints de mélanome et traités par nivolumab dans notre établissement. Le recueil de données a été réalisé à l’aide du logiciel de prescription Chimio® et au dossier patient informatisé Axigate®. Les médianes de survie ont été obtenues à l’aide du logiciel SPSS®.

Résultats :

106 patients (âge moyen 64 ans, 66 hommes/40 femmes; 42 BRAF muté). 17 patients sont décédés ; 26 patients ont arrêté pour progression et 3 patients de rémission complète avec arrêt du traitement. Sur cette cohorte, 65 patients ont reçu le nivolumab selon l’AMM (1ère ligne chez les Braf sauvage et 2ème ligne chez les Braf mutés). Pour cette sous population, la survie globale n’est pas encore atteinte et la survie sans progression est de 144 jours (5.1 mois). Au niveau des effets indésirables, nous avons relevé 10 cas de cytolyse hépatique (1 grade 4, 3 grade 3, 2 grade 2, et 4 grade 1), 3 cas d’affection neurologique, 4 cas de pneumopathie, 3 cas de prurit / toxidermie, 2 de trouble digestif, 2 cas d’hyperthyroïdie, 2 cas d’arthralgie, 1 cas de diabète, anémie, occlusion grélique et de fibrillation atriale qui a entrainé une cardiopathie. Seul un patient a arrêté le traitement pour cause d’effets indésirables, pour les autres l’utilisation de corticoïde a permis un retour à la normal et la poursuite du traitement.

Discussion / Conclusion :

Les résultats sont cohérents avec l’étude menée pour l’obtention de l’AMM [Étude de phase 3 randomisée versus dacarbazine dans le mélanome(CA209066)] qui montre une médiane de survie de 5.1 mois. Même si la majorité des effets indésirables rapportés étaient de grade 1 - 2, 5 patients ont présenté une toxicité immunologique de grade 3-4.