Résumé 211


Impact financier de l’utilisation d’anticorps monoclonaux par voie sous cutanée au sein d’un hôpital de jour de cancérologie

Thématique : Pharmacoéconomie

Auteur(s) :
Provent Anne-Laure (Unité de Reconstitution Centralisée des Chimiothérapies) | George Karen (Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes) | Durand Marjorie (CS 10217) | Federspiel Isabelle (38043 Grenoble Cedex 09) | Lemoigne Aude (Unité de Reconstitution Centralisée des Chimiothérapies) | Bedouch Pierrick (Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes) | (CS 10217) | (38043 Grenoble Cedex 09) | (Unité de Reconstitution Centralisée des Chimiothérapies) | (Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes) | (CS 10217) | (38043 Grenoble Cedex 09) | (Unité de Reconstitution Centralisée des Chimiothérapies) | (Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes) | (CS 10217) | (38043 Grenoble Cedex 09) | (Unité de Reconstitution Centralisée des Chimiothérapies) | (Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes) | (CS 10217) | (38043 Grenoble Cedex 09) | (Pharmacie) |

Introduction : Les thérapies ciblées ont permis d’améliorer la prise en charge de certains patients atteints de cancer. L’apparition d’anticorps monoclonaux destinés à la voie sous cutanée (SC), visait notamment à diminuer le temps de présence des patients en hôpital de jour (HDJ) par réduction du temps d’administration. Dans un environnement contraint à la maîtrise des dépenses, l’intérêt économique de la forme injectable par voie SC vs voie intraveineuse (IV) peut se discuter.

Ce travail a été mené au sein de l’HDJ de cancérologie d’un centre hospitalier universitaire (CHU). L’objectif est d’évaluer l’impact financier brut de l’utilisation de la forme SC de Trastuzumab et de Rituximab vs la forme IV.

Matériel et méthode : L’ensemble des administrations de Trastuzumab et Rituximab par voie SC a été analysé pendant 12 mois. Pour chaque patient traité par l’un ou l’autre, le coût théorique d’une administration par voie IV, tenant compte des doses de charge, a été calculé ainsi que le différentiel du coût net des médicaments entre le coût potentiel (voie IV) et réel (voie SC). Les coûts annexes (dispositifs médicaux, temps de préparation) n’ont pas été pris en compte.

Résultats : Entre Janvier et Décembre 2015, 51 patientes ont reçu 432 administrations SC de Trastuzumab (8,5 administrations par patiente en moyenne). Leur poids moyen était de 62,7 kg. L’utilisation de la voie SC représentait un surcoût moyen de 126€ par administration, soit 54420€ sur la totalité de la période de recueil.

Entre Août 2015 et Juillet 2016, 71 patients ont reçu 232 administrations de Rituximab SC (3,25 administrations par patient en moyenne). Leur surface corporelle moyenne était de 1,833m². L’utilisation de la forme SC a permis d’économiser 56€ par administration soit un total de 12973€ sur la période de recueil.

Discussion/conclusion : Les formes SC des anticorps monoclonaux sont fréquemment utilisées dans notre établissement, mais représentent un surcoût brut annuel total d’environ 40000€. En effet, la population de femmes traitées par Trastuzumab a un poids moyen inférieur à celui utilisé initialement au niveau national pour définir le prix de la forme SC. L’impact financier brut est bien sûr hôpital dépendant (selon les caractéristiques de la population traitée et les pratiques du centre). Son évaluation permet cependant de réfléchir à une réduction des coûts ou à une réattribution de l’argent économisé dans la prise en charge des patients.

Cependant, l’ensemble du processus de prise en charge serait intéressant à évaluer, notamment la répercussion de l’utilisation de la voie SC sur la durée de présence des patients en HDJ, et le gain de temps de préparation. Ces paramètres ont un impact fort sur l’organisation du service, soumis à une pression grandissante de prise en charge des patients en qualité et en nombre.

10