Résumé 222


Etude monocentrique sur l’usage des plantes médicinales par les patients atteints du cancer

Thématique : Suivi thérapeutique

Auteur(s) :
HOUDA ATTJIOUI (Institut national d'oncologie Rabat- Maroc) | SAMIRA SERRAGUI (faculté de médecine et pharmacie de rabat-maroc) | MUSTAPHA BOUATIA (faculté de médecine et pharmacie de rabat-maroc) | SABER BOUTAYEB (Institut national d'oncologie Rabat- Maroc) | RACHID RAZINE (faculté de médecine et pharmacie de Rabat-Maroc) |

Introduction 

La prise de plantes médicinales au Maroc est une pratique traditionnelle, utilisée par un grand nombre de patient notamment les patients atteints de cancer  dans le but  de guérir une maladie ou soulager ses symptômes.

L’étude consiste à évaluer la prévalence de l’utilisation des plantes médicinales chez les patients atteints de cancer, et d’identifier les différentes plantes médicinales utilisées.

Matériels et méthodes

Pendant une période allant de mars 2016 à juin 2016, Nous avons mené une étude de prévalence prospective de type enquête ethnopharmacologique  à l’aide d’un entretien direct avec les patients traités à l’Institut National d’Oncologie de Rabat-Maroc, par le biais d’un questionnaire multidimensionnel.

 

Résulats

Le sexe féminin a été  majoritairement représenté dans notre série (74%). L’âge moyen était de  53,3 ans. 82 % étaient des analphabètes à tropisme urbain. Nos résultats montrent que 27 % des patients étaient des consommateurs de plantes médicinales, ces patients préfèrent utiliser les PM sous forme de poudre mélangée avec de l’eau chaude ou du miel dans la majorité des cas (72 %), par voie orale (97%) .Le mode d’utilisation des PM diffèrent selon les espèces utilisées  durant les différentes périodes de traitement médical. 61% des patients utilisent les PM en cas de besoin. La durée de traitement par les PM chez les patients varie d’un jour à quelques mois. Les patients consomment différentes parties de la plante,ils utilisent en particulier l’organe spécifique qui renferme le principe actif recherché dans les différents organes de la plante : la racine, la tige, les graines et les feuilles. Ces dernières constituent l’organe le plus utilisé de la plante (48%). L’analyse de nos résultats a montré également que le nombre des PM utilisées chez les patients cancéreux interrogés à l’INO était de 31 plantes. Parmi ces espèces, on note la dominance de l’Annona cherimola (59%), suivi de Caralluma europea ( 58.4 %) ,Aristolochia longa L (56,5%), Origanum compactum Benth (52.2%), Nigella sativa L (47.3%). ,Marrubium vulgare L (45.8%) , Allium sativum L (12.3%).Les patients ont eu recours à des PM achetées des herboristes, du souk, des grandes surfaces ou parfois commandées par internet de l’étranger. 77.8 % des patients disent avoir recours aux  plantes médicinales pour les aider à supporter les traitements  anticancéreux. Le pourcentage des EI observés résultant de l’utilisation de ces plantes était de 8 %. Ces effets indésirables étaient de gravité variable et se répartissent entre  atteinte rénale et troubles gastrointestinaux .

Conclusion :

Nous avons remarqué que la prise de plantes médicinales au cours du cancer est une pratique traditionnelle très fréquemment rencontrée chez les tous les patients atteints de cancer ce qui nécessite une surveillance rigoureuse avec une détection précoce de cette prise pour éviter la survenue EI.