Résumé 229


INTÊRET DE LA MESURE DE L'ACTIVITE DE LA CYTIDINE DEAMINASE DANS LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAITES PAR AZACITIDINE

Thématique : Biologie des cancers

Auteur(s) :
KIMBIDIMA Reine (CHU la Conception) | FANCIULLINO Raphaëlle (147) | GENSOLLEN Sophie (boulevard Baille. 13005. Marseille) | (CHU la Conception) | (147) | (boulevard Baille. 13005. Marseille) | (CHU la Conception) | (147) | (boulevard Baille. 13005. Marseille) |

  • Introduction

La cytidine deaminase (CDA), soumise au polymorphisme génétique, métabolise l'azacytidine en métabolites inactifs. Une activité infra ou supranormale de l'enzyme (aCDA), définissant le statut enzymatique d’un patient donné, pourrait avoir un impact sur le profil de réponse et/ou de toxicités. Les recommandations stipulent que l’azacidine s’administre à la posologie de 75 mg/m2/j pendant 7 j et qu’une quantité minimale de 6 cycles doit être administrée avant d'évaluer l'efficacité du traitement, sauf en cas de franche progression.

  • Matériels et méthodes

Une étude observationnelle rétropective monocentrique, incluant les patients adultes traités par azacitidine de 2012 à 2015 ayant des dosages de aCDA disponibles a été réalisée. La valeur seuil de l'aCDA  définissant la déficience enzymatique, à savoir une aCDA inférieure à 2 U/mg, a été choisie empiriquement sur la base des publications et travaux antérieurs de l'équipe de Ciccolini. Cette étude vise à comparer la dose cumulée par cure, la durée du cycle, la durée de la cure et le nombre de cures des patients déficients (D) versus les non-déficients (ND). Les données ont été extraites des logiciels de prescriptions et de dossiers patients informatisés.

  • Résultats

Parmi les 53 patients inclus, 24 (45%) présentaient une aCDA infranormale (patients dits déficients). Les valeurs des aCDA mesurées de la cohorte étaient comprises entre 0,79 et 19,1 U/mg. La durée moyenne d'une cure était de 6,3 j versus 6,5 pour les ND (p value>0,05). Les doses cumulées par cure étaient identiques entre les deux groupes, à savoir 453 mg/m2. Aucune différence significative sur les durées de l'intercure J1J1 n’a été trouvée entre les 2 groupes. Les patients D ont reçu plus de cures que les patients ND (6,7 vs 3,5; p<0,01). Sur les 15 patients ayant reçu plus de 6 cures, 11 (72%) étaient déficients en aCDA. Au total, 46% des patients D ont poursuivi le traitement au-delà de 6 cures versus 14% des ND. Les aCDA des patients ayant reçu plus de 6 cures étaient compris entre 0,79 et 3,60 U/mg. La probabilité de poursuivre le traitement après 6 cures diffère de manière significative entre les D et ND (p=0,01). Chez les patients ayant poursuivi le traitement au-delà de 6 cures, le nombre moyen de cures était de 11,6 (médiane à 11) chez les D [7-17] versus 8,5 (8,5) chez les ND [8-9].

  • Discussion/Conclusion

Aucune différence en termes d’adaptation posologique entre les 2 groupes (doses cumulées, intervalles J1J1, durées des cures identiques) n’a pu être significativement observée, ce qui pourrait suggérer l’absence de relation entre sur-toxicités et déficience en CDA. Cependant, la présence d’un déficit en CDA était significativement liée à la poursuite du traitement au delà de 6 cures; ce qui suggèrerait que l’aCDA pourrait être un marqueur prédictif de la réponse au traitement.