Résumé 231


Validation d'une méthode de contrôle qualité ultrarapide pré-libératoire des préparations d'anticorps monoclonaux en milieu hospitalier.

Thématique : Pharmacotechnie

Auteur(s) :
Schweitzer-Chaput Arnaud (Hopital Européen Georges Pompidou) | Jaccoulet Emmanuel (20 rue leblanc) | Caudron Eric (75015 Paris) | (Hopital Européen Georges Pompidou) | (20 rue leblanc) | (75015 Paris) | (Hopital Européen Georges Pompidou) | (20 rue leblanc) | (75015 Paris) |

Introduction: Les anticorps monoclonaux thérapeutiques (Acm) sont actuellement en plein essor. A l'hôpital européen Georges Pompidou (HEGP), le contrôle qualité des préparations injectables est réalisé par chromatographie liquide haute performance (CLHP) ou par analyse par injection en flux continu (FIA).  Dans l'objectif d'un contrôle pré-libératoire des préparations d'Acm, il est nécessaire de mettre en place une méthode d'analyse ultrarapide face à une production à flux tendu. Compte tenu de ces contraintes, il a donc été décidé de développer une méthode de dosage et de discrimination des Acms par FIA couplée à un détecteur à barrette de diodes (DAD).  Trois Acms parmi les plus utilisées ont été analysés pour la validation de l'approche analytique:   Bevacizumab, Rituximab et Infliximab.

Matériel et méthode: Les analyses ont été effectuées avec un système HPLC Dionex Ultimate 3000 Thermo Scientific® couplé à un DAD (plage 190-800nm) et son logiciel Chromeleon®.  Les échantillons ont été préparés dans du NaCl 0.9%. Le liquide vecteur de la FIA est le NaCl 0.9% (débit: 0.5mL/min). Les gammes de concentrations pour le Bevacizumab, Rituximab et Infliximab étaient respectivement de : 1 à 20mg/mL, 0.5 à 5mg/mL et 0.5 à 1.9mg/mL. Trois niveaux de contrôles (CQ) ont été testés: Bevacizumab: 3-12-17mg/mL, Rituximab: 0,8-3-4,5mg/mL, Infliximab: 0,7-1,4-1,8mg/mL. La quantification a été réalisée à 280nm via l'aire sous la courbe (ASC) du pic chromatographique. Une analyse préliminaire de discrimination par analyse multivariée (ACP et moindre carré après normalisation) a été effectuée à partir des spectres de dérivés secondes en ciblant la zone spectrale des acides aminés aromatiques (algorithme de Savitzky-Golay). Le critère retenu étant le pourcentage de bonne classification des Acms. Les méthodes ont été validées selon les critères ICH sur trois jours.

Résultats: Pour la quantification, nous avons obtenu sur nos CQ respectivement pour le Bevacizumab, Rituximab et Infliximab des valeurs de taux de recouvrement moyen de 99,97±0,31%, 99,82±0,17% et 99,38±0,49%, de fidélité intermédiaire (CV) <1,13%, <0,62% et <1,15%, de répétabilité (CV) <0,82%, <0,41% et <0,14% et de linéarité (R2) >0,9989.

L'analyse préliminaire des données spectrales par ACP a montré une tendance à la discrimination des Acms notamment sur la plage spectrale 265-300 nm. Une réduction de proche en proche de la zone (275-300 nm) a  permis d'améliorer cette tendance.  Sur le logiciel Chromeleon®, cette zone spectrale a donné une excellente discrimination des CQ  (n=27) des trois Acms (100%).

Discussion/conclusion:   Les résultats quantitatifs ont été très satisfaisants pour les trois Acms. (CV de fidélité intermédiaire < 1.15%). En termes de spécificité, l'approche spectrale en dérivée seconde entre 275 et 300 nm a conduit à une discrimination pertinente sur les CQ (100%). Cependant il est nécessaire de confirmer ces résultats préliminaires d'identification en testant des échantillons d'Acms issus de l'activité de routine.