Résumé 238


Evaluation des effets de l’éthanol contenu dans les chimiothérapies chez des patients ambulatoires traités par Paclitaxel, Docétaxel et Gemcitabine

Thématique : Suivi thérapeutique

Auteur(s) :
LE GUYADER Guillaume (Pharmacie à usage intérieur, hôpital universitaire Henri-Mondor, Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France.) | DAHER Hassan (Pharmacie à usage intérieur, hôpital universitaire Henri-Mondor, Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France.) | ASTIER Alain (Pharmacie à usage intérieur, hôpital universitaire Henri-Mondor, Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France.) | PAUL Muriel (Pharmacie à usage intérieur, hôpital universitaire Henri-Mondor, Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France.) | VERLINDE-CARVALHO Muriel (Pharmacie à usage intérieur, hôpital universitaire Henri-Mondor, Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France.) |

  • Introduction L’alcool et particulièrement l’éthanol est largement utilisé dans l’industrie pharmaceutique pour ses propriétés de solvant de certains médicaments présentant une faible solubilité dans l’eau. En 2016, la FDA a émis une alerte sur des cas d’intoxication alcoolique après administration de Docétaxel. Compte tenu des effets neurologiques de l’alcool et du caractère ambulatoire de certains patients, la question s’est posée pour plusieurs molécules d’oncologie. L’objectif de ce travail a donc été d’évaluer le taux d’alcool et les effets sur les fonctions cognitives des patients traités par Gemcitabine,  Docétaxel, Paclitaxel.
  • Matériels et méthodes L’alcoolémie a été dosée par chromatographie en phase gazeuse avant la chimiothérapie (T0), à la fin (T1) et 30 minutes après (T2). L’impact sur la fonction cognitive a été évalué avant et après l’administration de la chimiothérapie par des tests évaluant l’attention du patient : test de Zazzo et de Stroop. Les différences entre les résultats avant/après ont été calculées. Pour chacun des tests psychomoteurs, un test de Wilcoxon a été utilisé pour comparer les moyennes obtenues.
  • Résultats 54 patients inclus (H/F: 23/31), âge moyen: 64 ans [35 ;88].
    Groupe Doses moyennes éthanol/perfusion

    (g)

    Alcoolémie moyenne (g/l) Test de Zazzo Test de Stroop
    T0 T1 T2 ΔInexactitude(1) ΔRendement(2) ΔStroop
    Gemcitabine (N*=18) 20,6 0 0,31(3) 0,14(3) +0,5% -17,2(3) +12%(3)
    Paclitaxel (N*=15) 9,4 0 0 0 +0,6% -4 -0,4%
    Docétaxel (N*=21) 2,8 0 0 0 +0,1% -19(3) -2%

    *Nombre de patient

    (1)Inexactitude= (nombres d’erreurs x 100)/nombre de signes

    (2)Rendement= [(nombre de signes – nombre d’erreurs) x 100]/temps en secondes

    (3)p-value < 0,05

  • Discussion/Conclusion Après perfusion de Gemcitabine, l’alcoolémie est significativement plus élevée à T1 (p=0,0002) et T2 (p=0,00017). Le rendement de Zazzo et le score de Stroop sont significativement altérés (p=0,004 et 0,009 respectivement). L’augmentation du score de Stroop pourrait être liée à l’effet stimulant de l’alcool (augmentation de l’attention et la réactivité) ou à une meilleure connaissance du test lors de sa réalisation après perfusion. Quel que soit les quantités d’alcool injectées, l’inexactitude n’est modifiée, cet indicateur semble non pertinent. Dans le groupe Docétaxel et Paclitaxel, les alcoolémies sont indétectables ce qui est en concordance avec les tests psychomoteurs qui ne présentent pas de différence significative (sauf pour le rendement dans le groupe Docétaxel). Cependant, ces résultats ne permettent pas d’établir une corrélation significative entre le taux d’alcool contenu dans les différentes chimiothérapies et le résultat des tests psychomoteurs. En dehors de l’aspect éthique et religieux, il semble important d’informer les patients de la présence d’alcool dans leurs traitements et du risque d’altération de leurs capacités motrices. Chez les patients traités par Gemcitabine une durée d’attente d’une heure post traitement serait recommandée.