Résumé 245


MEDICAMENTS EXPERIMENTAUX INJECTABLES EN CANCEROLOGIE : VERS UN CIRCUIT STANDARDISE ET OPTIMISE

Thématique : Organisation hospitalière

Auteur(s) :
KROEMER Marie (PUI Hôpital Saint-Louis) | CARTIER François (Assistance Publique des Hôpitaux de Paris) | ZERBIT Jeremie (F-75010 Paris) | HACHON Lorry (France) | JOURDAN Nathalie (PUI Hôpital Saint-Louis) | MADELAINE Isabelle (Assistance Publique des Hôpitaux de Paris) | (F-75010 Paris) | (France) | (PUI Hôpital Saint-Louis) | (Assistance Publique des Hôpitaux de Paris) | (F-75010 Paris) | (France) | (PUI Hôpital Saint-Louis) | (Assistance Publique des Hôpitaux de Paris) | (F-75010 Paris) | (France) | (PUI Hôpital Saint-Louis) | (Assistance Publique des Hôpitaux de Paris) | (F-75010 Paris) | (France) | (PUI Hôpital Saint-Louis) |

Introduction

Le circuit relatif aux médicaments expérimentaux injectables (MEI) en cancérologie est complexe et s’appuie sur des procédés de dispensation reposant sur deux critères majeurs : la prescription médicale et le mode d’attribution des traitements (randomisé ou non). Un tel circuit peut conduire à des dysfonctionnements impactant d’une part l’organisation du secteur pharmaceutique et des unités de soins (US) et d’autre part la qualité du séjour des patients. Les objectifs de cette étude étaient de cartographier le circuit des MEI en cancérologie afin d’évaluer et d'optimiser nos pratiques.

Matériel et méthode

Cette étude observationnelle, prospective et mono-centrique a été réalisée au sein de l’unité des essais-cliniques (UEC) pour toutes les prescriptions faites en hôpital de jour de MEI en lien avec l’unité de préparation des anticancéreux (UPAC) de l’hôpital Saint-Louis (APHP) du 2 janvier 2017 au 28 février 2017. Les données qualitatives relatives aux patients et aux protocoles cliniques et quantitatives relatives au temps étaient recueillies quotidiennement via le logiciel CHIMIO® et le personnel des essais cliniques. Un processus synthétisant les différents modes d’attribution des traitements a été établi selon les critères suivant : prescription médicale anticipée (oui/non), attribution des traitements (oui/non, si oui, anticipé ? (oui/non)).

Résultats

Sur la période de l’étude, 284 prescriptions comprenant 299 MEI (dont 89.8% d’anticorps monoclonaux) ont été analysées. Les 3 services prescripteurs étaient l’onco-dermatologie, l’hématologie et l’oncologie soit respectivement 54,2%, 31,7% et 14,1% des prescriptions. L’attribution des traitements était faite par le biais d'un système informatique pour 67,3% des prescriptions, les numéros de traitement attribués étant délivrés par un email (41,6%), un fax (47,2%) ou autre (11,2%). Dix processus ont été définis selon les critères d’anticipation de la prescription et d'attribution des traitements. Lorsque la prescription médicale et l'attribution des traitements étaient anticipés ou sans attribution, les délais médians de mise à disposition des traitements par l'UEC aux US étaient respectivement de 94min[56-236] et 93min[55-157] (p=0.2168). Lorsque la prescription médicale et l'attribution des traitements n'étaient pas anticipés ou sans attribution, les délais médians étaient respectivement de 141min[77-161] et 124min[67-178] et (p=0.0036) . Le délai incompressible de préparation dans notre unité était de 73min[20-206].

Discussion/conclusion

Cette étude a permis de réaliser une cartographie sous forme de 10 processus du circuit des MEI en cancérologie et de définir 2 processus particulièrement efficients en routine. Ainsi, l’anticipation de la prescription médicale et l'attribution des traitements apparaissent comme les points clés qui permettent d’établir un circuit efficient et standardisé. Il est donc indispensable de les exiger lors des études de faisabilité et de mise en place, les promoteurs industriels utilisant de plus en plus l'attribution électronique des traitements pour sécuriser la dispensation au détriment du temps de gestion des EC et donc du temps d'hospitalisation des patients.

10