Résumé 246


Evaluation de l’efficacité de l’hydratation post-cisplatine par voie orale en oncologie thoracique

Thématique : Pharmacie clinique

Auteur(s) :
Martel Audrey (IUCT-Oncopole Service pharmacie. 1 avenue Irène Joliot Curie 31100 Toulouse) | Paludetto Marie Noelle (IUCT-Oncopole Service pharmacie. 1 avenue Irène Joliot Curie 31100 Toulouse) | Bigay-Gamé Laurence (Oncologie Thoracique Hôpital Larrey 31052 Toulouse Cedex) | Perriat Sophie (IUCT-Oncopole Service pharmacie. 1 avenue Irène Joliot Curie 31100 Toulouse) | Canonge Jean Marie (IUCT-Oncopole Service pharmacie. 1 avenue Irène Joliot Curie 31100 Toulouse) | Puisset Florent (IUCT-Oncopole Service pharmacie. 1 avenue Irène Joliot Curie 31100 Toulouse) |

INTRODUCTION

L’hydratation pré et post cisplatine reste une pratique sans consensus autour d’un protocole idéal. Depuis 2013, pour des raisons d’optimisation de l’hôpital de jour (HDJ), notre service d’oncologie thoracique a abandonné l’hydratation IV post-cisplatine au profit d’une hydratation orale à domicile. Compte tenu du risque de défaut d’observance, nous avons voulu évaluer si le passage à l’hydratation orale n’a pas été associé à un surcroît de toxicité du cisplatine par rapport à la période où une hydratation IV était réalisée.

MATERIELS ET METHODE

Les patients traités par une première ligne à base de cisplatine en HDJ d’oncologie thoracique entre 2010 et 2016 ont été sélectionnés dans l’historique du logiciel Chimio. Les caractéristiques patients (sexe, âge débit de filtration glomérulaire (DFG), traitements) ont été extraits de Chimio. Les patients ont été séparés en 2 groupes : les patients traités entre 2010 et 2012 hydratés par voie IV (hydr IV)  et ceux traités entre 2014 et 2016 hydratés par voie orale (hydr po). La toxicité du cisplatine a été évaluée selon 3 critères : évolution du DFG entre  le premier et le dernier cycle de cisplatine, le pourcentage de remplacement du cisplatine par le carboplatine, ainsi que le risque relatif de ce remplacement au cours du temps.

Les analyses statistiques ont été réalisées à l’aide du logiciel GraphPad Prism v 6.03 : comparaison de l’évolution du DGF selon les groupes par le test de Student, comparaison du pourcentage de remplacement du cisplatine par le test du chi2 et comparaison du délai de remplacement par le test du log-rank.

RESULTATS

L’historique de 258 patients a été retrouvé pour le groupe hydr IV et 296 pour le groupe hydr po. Les 2 groupes sont comparable en termes d’âge, de sex-ratio, de DFG initial et de protocoles utilisés (les plus fréquents étant les associations ciplatine-pemetrexed et cisplatine vinorelbine).

L’évolution moyenne du DFG était de -16% et – 9% (p=0,4) avec hydr IV et hydr po respectivement. Le pourcentage de remplacement de cisplatine pour hydr IV était de 31,0% et de 29,1% pour hydr po (p=0,7), Le risque relatif de remplacement par cisplatine pour hydr po était de 0,9 [IC95% : 0,67-1,23]

DISCUSSION/CONCLUSION

Aucun impact négatif de l’hydratation orale post-cisplatine n’a été mis en évidence. L’utilisation de la créatininémie contenue dans chimio (donc retranscrite) est une limite à notre étude mais l’absence de différence de remplacement cisplatine-carboplatine (qui est une donnée objective et fiable de Chimio) permet de confirmer que l’hydratation orale post-cisplatine est réalisable sans risque sur la toxicité du cisplatine.

10