Résumé 251


Impact des consultations pharmaceutiques pour les patients ambulatoires sous anticancéreux oraux : étude exposés-non exposés

Thématique : Pharmacie clinique

Auteur(s) :
Talarmin chloé (4 rue de la chine) | Grajoszex Mathieu (75020 Paris) |

INTRODUCTION:

L’arrivée des anticancéreux oraux (AO) dans l’arsenal thérapeutique constitue un tournant majeur dans la prise en charge des patients en oncologie. La coordination des acteurs de santé et l’information des patients paraissent indispensables pour prévenir l’apparition des effets indésirables (EI), améliorer la gestion et l’observance du traitement gérées par le patient à son domicile. Depuis février 2016, l’interne en pharmacie affecté au service d’oncologie médicale de l’hôpital réalise des consultations pharmaceutiques des patients sous AO. L’objectif de l’étude est d’évaluer l’impact de cette consultation sur la prise en charge des patients par une étude exposés-non exposés.

MATERIELS ET METHODES:

Dans cette étude, les exposés sont des patients ayant eu une consultation pharmaceutique suivie d’entretiens téléphoniques réguliers durant leur traitement contrairement aux non-exposés. Les données pour les non-exposés ont été recueillies rétrospectivement sur un an. Les données suivantes : sexe, âge, données cliniques et biologiques ont été extraites du dossier patient informatisé. Les critères relevés sur les 2 premiers mois suivant l’initiation de l’AO ont été : le grade de toxicité le plus élevé par patient (classification CTCAE) et les fréquences d’hospitalisations ou les consultations supplémentaires. L’analyse statistique utilise la régression logistique conditionnelle Odds Ratio (OR), le test du X2 ou de Student avec un seuil d’acceptation à 5%.

RESULTATS:

L’étude a inclus 20 patients suivis et 17 non-exposés. Le nombre moyen de consultations médicales supplémentaires ou d’hospitalisation est 2 fois plus important chez les non-exposés par rapport aux patients ayant eu une consultation pharmaceutique sans différence significative. Mais un nombre de consultations ou d’hospitalisation strictement supérieur à un est significativement plus important chez les patients n’ayant pas eu de consultation pharmaceutique (OR=0,13/IC [0,02-0,74]). Le nombre d’EI de grade 1-2 est de 9 pour les non-exposés contre 10 pour les exposés, et respectivement pour les toxicités de grade 3-4, 5 pour les non-exposés et 1 pour les exposés. Il existe significativement plus de patients ne présentant aucun effet secondaire (p<0,01) et plus d’EI de grade 0 à 2 (OR=1,49/IC [1,05-59,73]) chez le groupe exposés aux consultations. Pour les EI de grade 3 et 4 avoir une consultation est un facteur protecteur (OR= 0,08/IC [0,01-0,74]).

DISCUSSION/ CONCLUSION:

L’étude montre que les entretiens pharmaceutiques permettent de réduire significativement le nombre d’hospitalisations ou de consultations. Les toxicités de grade 3-4 sont moins fréquentes chez les exposés. Néanmoins, le nombre de grade 1-2 est plus important dans ce groupe, possiblement dû à une meilleure connaissance du traitement par le patient et un suivi pharmaceutique régulier. Cette démarche encouragée par l’équipe médicale semble apporter un bénéfice clinique aux patients et pourrait s’étendre aux autres services prescripteurs d’AO de l’hôpital, notamment la pneumologie.

10