Résumé 258


Sécurisation du circuit du médicament : le méthotrexate pour les grossesses extra-utérines

Thématique : Organisation hospitalière

Auteur(s) :
Martel Audrey (Institut Universitaire du Cancer Toulouse - Oncopole Service pharmacie 1 avenue Irène Joliot-Curie 31059 TOULOUSE Cedex 9) | Paludetto Marie-Noëlle (Institut Universitaire du Cancer Toulouse - Oncopole Service pharmacie 1 avenue Irène Joliot-Curie 31059 TOULOUSE Cedex 9) | Vinson Camille (Institut Universitaire du Cancer Toulouse - Oncopole Service pharmacie 1 avenue Irène Joliot-Curie 31059 TOULOUSE Cedex 9) | Perriat Sophie (Institut Universitaire du Cancer Toulouse - Oncopole Service pharmacie 1 avenue Irène Joliot-Curie 31059 TOULOUSE Cedex 9) | Puisset Florent (Institut Universitaire du Cancer Toulouse - Oncopole Service pharmacie 1 avenue Irène Joliot-Curie 31059 TOULOUSE Cedex 9) | Canonge Jean-Marie (Institut Universitaire du Cancer Toulouse - Oncopole Service pharmacie 1 avenue Irène Joliot-Curie 31059 TOULOUSE Cedex 9) |

Introduction :
Le méthotrexate est utilisé hors AMM, à la posologie de 1mg/kg en administration intramusculaire, dans le traitement médical de la grossesse extra-utérine (recommandation CNGOF).
Pour cet usage, il n’existe pas sur le marché de spécialité adaptée aux dosages utilisés.
Jusqu’à juin 2016, le service des urgences gynécologiques utilisait des flacons de méthotrexate dosés à 25mg/1ml. Cette préparation de cytotoxiques dans le service expose les problématiques suivantes : une toxicité immédiate par projection ou inhalation, un risque tératogène et mutagène et une pollution de l’environnement de part la gestion des déchets (pas de réutilisation du flacon entamé, matériel souillé non jeté dans le circuit approprié…).
Pour répondre à la réglementation qui impose la préparation des cytotoxiques dans une unité de reconstitution centralisée (URC) sous la responsabilité d’un pharmacien, la préparation des seringues de MTX est depuis juin 2016, effectuée par l’unité de reconstitution des chimiothérapies du centre.

Matériels et méthodes :
Sur la base de la posologie à 1mg/kg et en accord avec le principe de dose banding, 6 paliers de dose allant de 50mg à 100mg ont été validés avec les médecins. Une dotation de 2 à 3 seringues pour chaque dosage a été mise en place au sein du service des urgences gynécologiques, renouvelable 6/7 jours par la pharmacie avec une stabilité pour ces doses standards allant jusqu’à 70 jours au frigo [1]. La prescription, effectuée sur le logiciel Chimio® par le médecin, permet de calculer la posologie à administrer pour la sage-femme et donne l’information à l’unité de reconstitution des chimiothérapies de la nécessité de renouveler la dotation.

Résultats :
15 mois après la mise en place de la dotation dans le service des urgences gynécologiques : 204 seringues ont été administrées (178 patients, 26 réinjections à J7)
34 seringues ont périmé dans le service (dont 20 seringues au cours des 6 premiers mois d’utilisation).  Un bilan à 6 mois a permis de réajuster la dotation pour réduire les périmés.
Aucun renouvellement n’a nécessité de déplacement du pharmacien d’astreinte pendant la période de garde pour renouveler la dotation.

Discussion- Conclusion :
Les sages-femmes du service expriment une satisfaction à l’égard de ce nouveau circuit. Cette prise en charge de la fabrication des seringues de méthotrexate par l’URC permet une protection du personnel, du produit et de l’environnement sans retarder la prise en charge du patient grâce à la mise en place d’une dotation facilitée avec le principe de dose banding.

[1] Wright, Newton.Stability of methotrexate injection in prefilled, plastic disposable syringes_Int J. Pharm_August 1988