Résumé 266


Mise en place de consultations pharmaceutiques pour les patients sous chimiothérapie, quel bilan à 1 an dans notre CH ?

Thématique : Pharmacie clinique

Auteur(s) :
BERTRAND Benjamin (Pharmacie) | MENDJEL Amina (CH Grasse) | GROSSE Pierre-Yves (Chemin de Clavary) | WERESZCZYNSKI Nicolas (06130 Grasse) | (Pharmacie) | (CH Grasse) | (Chemin de Clavary) | (06130 Grasse) | (Pharmacie) | (CH Grasse) | (Chemin de Clavary) | (06130 Grasse) | (Pharmacie) | (CH Grasse) | (Chemin de Clavary) | (06130 Grasse) |

  • Introduction

Dans notre Centre Hospitalier, des consultations pharmaceutiques (CP) sont intégrées au parcours de soins des patients sous chimiothérapie. Pour les thérapies orales, des CP sont proposées à l’initiation et durant le traitement, afin d’apporter au patient les compétences nécessaires pour le bon déroulement du traitement et son suivi. Lors d’une nouvelle chimiothérapie injectable, le pharmacien peut également intervenir pour renforcer l’accompagnement du patient autour de son traitement.

  • Matériels et méthodes

Les CP ont été mises en place progressivement, sans moyen supplémentaire. Pour les thérapies orales, la CP d’initiation (CPi) intervient immédiatement après la consultation médicale et donne lieu à un compte-rendu destiné à l’oncologue, au médecin traitant et à la pharmacie de ville. La CP téléphonique de suivi précoce (CPTsp) à 7 jours permet de rechercher les difficultés précoces. Après 1 mois, une CP de suivi (CPs) permet au pharmacien de réaliser un bilan du bon usage, de la tolérance et de l’observance et de les renforcer. Ultérieurement, les CPs peuvent être répétées. Les patients peuvent également joindre le pharmacien et donner lieu à une éventuelle CP téléphonique de suivi (CPTs).

Pour les chimiothérapies injectables, le pharmacien réalise une CP sur demande de l’équipe soignante.

Toutes les CP sont tracées dans le dossier patient informatisé. Les données ont été analysées rétrospectivement à partir des dossiers patients.

  • Résultats

Entre septembre 2016 et août 2017, 100 CP ont été réalisées dont 87 pour des thérapies orales et 13 pour des chimiothérapies injectables. Les CP concernent 18 molécules dont 10 thérapies ciblées (56%), 7 cytotoxiques (39%) et 1 hormonothérapie (5%).

Pour les thérapies orales, 39 CPi ont été réalisées. Depuis janvier 2017, le dispositif de suivi est opérationnel, 17 CPTsp et 14 CPs ont été réalisées. Les durées moyennes sont de 42 minutes pour les CPi, 8 minutes pour les CPTsp et 26 minutes pour les CPs.

En moyenne, chaque patient bénéficie de 2 CP. Depuis janvier 2017, 29 patients ont bénéficiés d’une CP d’initiation, dont 23 (79%) complétées d’une CPTsp et 17 (59%) complétées d’une CPTsp et d’une CPs.

Dix-sept appels de patients sous thérapie orale ont abouti à des CPTs. Les sollicitations concernaient principalement les effets indésirables (9 appels), les modalités de bon usage (5 appels) et les interactions médicamenteuses (3 appels).

  • Discussion/Conclusion

Pour les chimiothérapies injectables, les CP semblent présenter un intérêt majeur pour les nouvelles thérapies, moins bien connues par l’équipe soignante. Pour les thérapies orales, le dispositif complet est fonctionnel et intégré en routine au parcours de soins. Il semble compléter avantageusement la prise en charge des patients mais nécessite une flexibilité et une disponibilité importante, ce qui représente une difficulté organisationnelle à moyens constants. Seule une valorisation adaptée permettra de pérenniser un accompagnement optimisé des patients.