Résumé 28


Analyse Globale des Risques de l’absence d’interface entre 2 logiciels d’aide à la prescription : Suivi des actions d’amélioration

Thématique : Assurance qualité

Auteur(s) :
Guédon Amaury (Service Oncopharma CHU Timone 264 rue saint Pierre 13385 cedex 05 Marseille) | Rome Angélique (Service d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique CHU Timone 264 rue saint Pierre 13385 cedex 05 Marseille) | Deville Jean-laurent (Service d’Oncologie Médicale CHU TIMONE 264 rue Saint Pierre 13005 Marseille) | Gauthier-villano Laurence (Service Oncopharma CHU Timone 264 rue saint Pierre 13385 cedex 05 Marseille) | Bertault-Peres Pierre (Service pharmacie CHU Timone 264 rue saint Pierre 13385 cedex 05 Marseille) | Pourroy Bertrand (Service Oncopharma CHU Timone 264 rue saint Pierre 13385 cedex 05 Marseille) |

Introduction :

Les systèmes d’information deviennent de plus en plus complexe (nombreux logiciels, interfacés ou non). Dans notre institution, la prescription médicamenteuse est réalisée via 2 Logiciels d’Aide à la Prescription (LAP) : CHIMIO® pour les chimiothérapies et les annexes et hydratations associées, et PHARMA® pour tous les autres médicaments et les annexes et hydratations en pédiatrie. Pour chaque prescription nous réalisons une analyse croisée de l’ensemble des prescriptions de chaque patient. Afin de sécuriser la prescription sur de multiples LAP, nous avons réalisé en 2015 une cartographie des risques par Analyse Globale des Risques (AGR). Cette étude a permis d’identifier 8 actions d’amélioration. Parallèlement nous avons créé des indicateurs de suivi facilement reproductibles et pouvant être utilisés en routine afin de mesurer l’évolution des pratiques

Matériel et méthode :

Nous avons relevé nos indicateurs au cours du temps : avant la mise en place des actions d’amélioration, 9 mois et 2 ans après. Nous avons identifié 4 paramètres spécifiques : le taux d’accès en visualisation des protocoles Chimio® des internes en médecine, les taux de prescription et d’analyse pharmaceutique séniorisées et le temps pharmacien alloué à l’analyse pharmaceutique. Les différents paramètres ont été obtenus des logiciels CHIMIO® et PHARMA® ou mesurés en routine.

Résultats :

Avant l’AGR, peu de demandes de profil de visualisation dans le logiciel CHIMIO® étaient réalisés pour les internes en médecine (risque de doublon d’annexes et interactions médicamenteuse avec les chimiothérapies, ceux-ci prescrivant sur PHARMA®). Après sensibilisation des équipes médicales, à ce jour 100% des internes en onco-pédiatrie et d’oncologie adultes possèdent un accès. Autres actions : le renforcement de la séniorisation de la prescription et de l’analyse pharmaceutique. Ainsi en service d’onco-pédiatrie, le taux de prescriptions PHARMA® validées par un senior a augmenté de 42% à 50% pendant les mois suivant l’AGR. Ce chiffre est identique 2 ans plus tard (51%). Du côté des pharmaciens ce taux est passé de 4,7% à 17% puis 25,6%. Nous avons également mis en place un planning de validation pharmaceutique adapté aux habitudes des services. Celui-ci a permis de diminuer le temps moyen par prescription de 6,4 min à 5,2 min puis 2 ans plus tard à 2,8 min.

Discussion/conclusion :

Les indicateurs montrent que nos actions d’amélioration sont efficaces et étant donné la rapidité de mise en application, bien acceptées par les professionnels de santé. Il est à noter également que le temps de validation pharmaceutique par prescription a été drastiquement diminué en raison de l’informatisation des hôpitaux de jour et de l’augmentation du nombre de prescriptions sur ces hôpitaux de jour. Néanmoins, la création d’une interface entre Chimio® et Pharma® reste toujours l’option la plus évidente pour réduire dans sa globalité le risque mais celle-ci est en cours d’élaboration.

10