Résumé 42


Standardisation des doses de chimiothérapies et préparation à l’avance – Bilan à l’issue de 5 ans d’expérience

Thématique : Pharmacotechnie

Auteur(s) :
LOBODA Caroline (CHRU Nancy Brabois - Service Pharmacie Allée du Morvan 54511 VANDOEUVRE LES NANCY) | VIGNERON Jean (CHRU Nancy Brabois - Service Pharmacie Allée du Morvan 54511 VANDOEUVRE LES NANCY) | LIDER Pauline (CHRU Nancy Brabois - Service Pharmacie Allée du Morvan 54511 VANDOEUVRE LES NANCY) | DEMORE Béatrice (CHRU Nancy Brabois - Service Pharmacie Allée du Morvan 54511 VANDOEUVRE LES NANCY) |

Introduction

Afin de diminuer le temps d’attente des patients en hospitalisation de jour, notre établissement a mis en place un concept de Dose Banding adapté (préparation nominative à l’avance de doses standardisées) pour 3 services de soins : l’Hématologie, la Neurologie et l’Hépato-GastroEntérologie (HGE). Depuis novembre 2011, 4 molécules sont standardisées : le rituximab, le bortezomib, l’azacitidine et la vincristine ; depuis juin 2014, le cyclophosphamide et le bevacizumab ; depuis décembre 2015, l’oxaliplatine, la gemcitabine, l’irinotécan et le 5 fluorouracile (bolus et diffuseurs).

Matériel/Méthodes

Depuis la mise en place de cette pratique, chaque réattribution est tracée sur un document standardisé. Ce document a permis de relever les informations suivantes : nom de la molécule, dosage, et délai de réattribution.

Résultats

Au total, 1420 préparations ont été réattribuées depuis novembre 2011. On compte 23 destructions de préparations (soit 1,6%) : préparations de cyclophosphamide (17), azacitidine (2),  irinotécan (2) et bevacizumab (2). En 2012, 80 préparations ont été réattribuées. Entre 2013 et 2015, les chiffres sont stables (respectivement 218, 287 et 284). En 2016, 569 préparations ont été réattribuées dont 306 (54%) pour l’HGE. Le délai moyen de réattribution est de 6,5 jours.

Discussion/Conclusion

Le taux de destruction est inférieur à 2% du total des préparations réattribuées. Pour l’azacitidine, la perte est absorbée par les économies réalisées par la préparation à l’avance et la congélation qui permet de ne pas avoir de reliquats. Pour  le cyclophosphamide (17 préparations) et l’irinotécan (2 préparations), ces molécules sont peu coûteuses et les pertes peuvent être considérées comme négligeables au regard du bénéfice de la préparation à l’avance en termes d’attente pour le patient. En revanche, la destruction des 2 poches de bévacizumab à 1000 mg est à prendre en compte, et doit faire reposer la question de la préparation à l’avance de cette dose standard.

Des disparités sont à noter en termes de délai de réattribution, du fait de plusieurs facteurs : les jours d’administration des chimiothérapies, le nombre de réattributions ainsi que le nombre de doses standard.

On note une augmentation de plus de 100% des réattributions entre 2015 et 2016, conséquence directe de l’extension du concept à l’HGE. Les molécules standardisées pour ce service ont une toxicité importante qui impose fréquemment une réduction de dose ou une annulation de cure, et donc une réattribution des unités préparées à l’avance. Si le concept de Dose Banding adapté trouve sa place pour les préparations destinées aux services d’Hématologie et de Neurologie, le concept britannique original de préparation à l’avance non nominative devrait être étudié pour l’HGE, les avantages devant être mis en balance avec l’augmentation de la charge de travail pour le pharmacien, la rédaction de nouvelles procédures et l’impératif d’espace de stockage réfrigéré suffisant.