Résumé 44


Renforcement de l’effet antileucémique des Inhibiteurs de Tyrosine Kinase en association avec des neuroleptiques sur des cellules exprimant BCR-ABL

Thématique : Biologie des cancers

Auteur(s) :
AUSSEL Clotilde (101 rue lecourbe 75015 PARIS) |

L’utilisation en clinique des inhibiteurs de tyrosine kinase (ITK) et en particulier l'Imatinib a révolutionné le traitement de la LMC. Cependant, cette thérapie comporte 3 problèmes majeurs: 1- le développement d'une résistance notamment avec mutations dans le domaine kinase de BCR-ABL, 2- l'insensibilité relative des cellules souches leucémiques Ph+ aux ITK, responsable de rechute, 3- le risque d’évènements indésirables, notamment accidents vasculaires. Pour ces raisons, des inhibiteurs de BCR-ABL plus puissants, ciblant aussi les mutants résistants à l’Imatinib, ont été développés et testés. L’un d’eux, le Ponatinib est essentiellement indiqué en 3ème ligne en cas de résistance avérée avec mutations T315I. Pour pallier à ces problématiques,  il est nécessaire de développer de nouvelles approches thérapeutiques comme la combinaison thérapeutique avec un ITK qui pourraient être plus efficaces tout en conservant la grande spécificité de ces derniers et réduire les doses. A cette fin, les neuroleptiques nous ont intéressés. En effet, leurs effets anticancéreux ont été documentés dans quelques lignées cellulaires humaines et murines. Des études épidémiologiques soutiennent également cette thèse.

Dans cette étude, les activités antiprolifératives de 4 neuroleptiques seuls et en combinaison avec un ITK, sont étudiées dans deux lignées cellulaires humaines exprimant la protéine BCR-ABL native (UT7 11) ou mutée T315I (UT7 315). Dans un second temps, la combinaison sera testée sur des cellules leucémiques primaires de patients atteints de LMC, des progéniteurs hématopoïétiques. L'inhibition de  croissance cellulaire des lignées et des cellules primaires est évaluée par, respectivement, des tests de viabilité métabolique (WST-8 ) et des tests clonogéniques. Les interactions pharmacologiques sont analysées selon le modèle d’indépendance de Bliss. Le statut de phosphorylation de l’oncoprotéine BCR-ABL est examiné par Western blot.

Trois neuroleptiques sur les 4 testés (Aripiprazole, Clozapine et Rispéridone) ont in vitro un effet antiprolifératif. La Clozapine qui altère spécifiquement la prolifération des UT7 315 sera utilisée dans la suite de notre étude. La combinaison Clozapine / Ponatinib induit une diminution de 77% de la prolifération dans la lignée UT7315 par rapport à 25% avec l’TKI seule. Cette combinaison à un effet synergique antiprolifératif significatif sur la lignée résistante UT7315 concordant avec une réduction de la quantité de la protéine BCR-ABL phosphorylé. Nous trouvons des résultats similaires sur les cellules de 3 patients atteints de LMC dans lesquelles les ITK et la Clozapine ont un effet synergique sur l'inhibition du potentiel clonogénique permettant de conclure à une diminution du nombre de progéniteurs hématopoïétique. Ces premiers résultats encouragent suggère que la combinaison ITK+Clozapine agirais de façon synergique. Cette piste serais intéressante à creuser pour permette aux patient en rechute et/ou résistant de trouver un traitement adéquat.

10