Résumé 45


Anticancéreux injectables et reste du traitement : gare aux incompatibilités physico-chimiques !

Thématique : Suivi thérapeutique

Auteur(s) :
Lakhmi Chahinaze (CH Victor PROVO 11 boulevard Lacordaire 59100 ROUBAIX) | Musy Elodie (CH Victor PROVO 11 boulevard Lacordaire 59100 ROUBAIX) | Egot Justine (CH Victor PROVO 11 boulevard Lacordaire 59100 ROUBAIX) | Ameye Thomas (CH Victor PROVO 11 boulevard Lacordaire 59100 ROUBAIX) | Moinard Valerie (CH Victor PROVO 11 boulevard Lacordaire 59100 ROUBAIX) | Gressier Jenny (CH Victor PROVO 11 boulevard Lacordaire 59100 ROUBAIX) |

Auteurs : Lakhmi.C, Musy.E,  Egot.J, Ameye.T, Moinard.V, Gressier.J

  • Introduction

Le risque d’interaction physico-chimique inhérent à l’administration successive de plusieurs perfusions d’anticancéreux injectables est contrôlé lors de l’élaboration du protocole (ordre de passage des produits et modalités de rinçage de la ligne de perfusion). Néanmoins un risque d’interactions entre les anticancéreux et d’autres médicaments (hydratation et médicaments annexes) administrés simultanément sur la même voie subsiste. Nos objectifs sont de rechercher les situations où le personnel soignant est confronté à cette problématique et de proposer des actions d’amélioration.

  • Matériel et méthode

Une enquête sur les conditions d’administration des anticancéreux injectables a été menée auprès des IDE des unités de soins concernées (oncologie HDJ et HDS, hématologie, pédiatrie). Le questionnaire portait sur le respect du protocole de rinçage (soluté et volume) de la ligne de perfusion ainsi que sur la nature et le volume du soluté d’hydratation intraveineuse et la nature des autres médicaments habituellement injectés en Y. Une recherche bibliographique sur les incompatibilités documentées entre anticancéreux et autres médicaments injectables a été réalisée1-3. Une réflexion conjointe avec les soignants a été menée afin de concevoir l’outil recensant ce type d’incompatibilités le plus adapté à leur pratique quotidienne.

  • Résultats

Le questionnaire a été soumis à 31 infirmières (3 en oncologie HDJ, 7 en oncologie HDS, 19 en hématologie et 2 en pédiatrie). Le soluté de rinçage est systématiquement choisi conformément au protocole. Le volume de rinçage est inférieur à celui du protocole dans la majorité des cas (n=30/31). Pour l’hydratation intraveineuse, toutes les IDE se référent au protocole informatisé dans les services d’oncologie alors qu’elle est prescrite sur un autre support en hématologie (n=19/19) et absente en pédiatrie. Les principaux médicaments que les IDE déclarent administrer « en Y » sont les antalgiques (n=26/31), corticoïdes (n=26/31), antiémétiques (n=26/31), antibiotiques (n=14/31), et la nutrition parentérale (n=3/31). Une affiche présentant les incompatibilités entre les anticancéreux et les solutés de rinçage/hydratation et les incompatibilités entre les anticancéreux et les médicaments injectables a été réalisée pour l’oncologie et l'hématologie 1-3. Les deux versions de l’affiche comportent un rappel sur le caractère exceptionnel que doit revêtir une administration simultanée d’anticancéreux et d’un autre médicament en Y. L’impérativité de l’arrêt de la nutrition parentérale et l'importance de respecter le protocole de rinçage des tubulures y est également souligné.

  • Discussion/Conclusion

Le risque d’incompatibilité physico-chimique lors de l’administration des anticancéreux injectables est réel. En sensibilisant les soignants aux bonnes pratiques de rinçage et à ce risque d’interaction médicamenteuse, favorisé par l’existence de modes de prescription différents (logiciels multiples et supports papiers), ce travail contribue à sécuriser cette étape de la prise en charge médicamenteuse dans notre établissement. L’implication du personnel soignant dans la démarche a permis le renforcement des échanges avec la pharmacie.

  • Références
  1. http://www.stabilis.org/
  2. http://pharmacie.hug-ge.ch/infos-medicaments/recommandations-d-utilisation
  3. http://www.omedit-hautenormandie.fr/
10