Résumé 55


E-information et prise en charge médicamenteuse du cancer du sein

Thématique : Pharmacie clinique

Auteur(s) :
Ducray Julie (Hôpital Timone Service Pharmacie 264 rue saint pierre 13005 Marseille) | Creisson Anne (Centre Antoine Lacassagne Service Oncologie médicale 33 avenue de valombrose 06100 Nice) | Correard Florian (Hôpital Timone Service Pharmacie 264 rue saint pierre 13005 Marseille) | Montana Marc (Hôpital Timone Service OncoPharma 264 rue saint pierre 13005 Marseille) |

  • Introduction
  • Les patients traités par thérapie orale anticancéreuse sont exposés à des problèmes de tolérances et d’observance. Dans ce contexte de plus en plus d’établissements proposent des consultations pharmaceutiques (CP) pour les aider à gérer les difficultés quotidiennes rencontrées. Au cours de ces CP, nous constatons que les patients se posent un grand nombre de questions et que certains cherchaient une réponse sur internet. Plusieurs études[1] mettent en évidence que les conséquences de la diffusion d’une information erronée sur internet, volontairement ou non, peuvent être dangereuses pour le patient. Bien que l’accès à ces sites de e-santé soit facile et rapide, il est difficile pour le patient de trier l’information, la vérifier, et l’évaluer, afin de connaître sa fiabilité. Cette étude a pour objectif d’évaluer la qualité de l’information retrouvée sur les sites de e-santé français dans le cadre du traitement médicamenteux du cancer du sein du point de vue de professionnels de santé.
  • Matériels et méthodes
  • Les données ont été collectées sur trois moteurs de recherche (Google, Yahoo, Bing) le 19/08/2017. Les mots clés utilisés étaient : cancer du sein traitement ; Cancer du sein chimiothérapie ; Cancer du sein thérapie ciblée ; Cancer du sein hormonothérapie. Les sites internet ont été analysés, par un médecin et un interne en pharmacie, à l’aide du score Discern, portant sur le contenu, mais aussi d’une certification HON, et selon les critères de la compétence C4.4 du B2i. Les sites étrangers, de recrutement aux essais cliniques, forums ont été exclus.
  • Résultats
  • Sur 139 sites Web trouvés, 20 ont été retenus. Les données ont montrées que la qualité de cette information était hétérogène et majoritairement médiocre, et qu’il était difficile de trouver un outil fiable et utilisable au quotidien. Seuls quelques sites Web fiables et de hautes qualités ressortent sur la première page des moteurs de recherche (e-cancer.fr ; fondation-arc.org…). Les sites identifiés comme fournissant une information de haute qualité, selon les 2 évaluateurs, étaient les mêmes lorsque nous utilisions le score Discern ou les critères du B2i.
  • Discussion/Conclusion
  • Malgré la réalisation d’une revue de la littérature en 2007 par la Haute Autorité de Santé qui est responsable de l’ « évaluation de la qualité des sites e-santé et de la qualité de l’information de santé diffusée sur internet », sur les outils d’évaluation de l’information, aucun outil ne semble adapté aux patients. La création et la validation d’un outil synthétique analysant le contenant et le contenu de l’e-information médicale seraient la prolongation de notre travail afin que les informations sur internet soient complémentaires à celles données par les professionnels de santé.

    [1] Alba-Ruiz R et al. Telemed J E Health. 2013 19:956-66.

10