Résumé 62


Les chimiothérapies orales : on en parle !

Thématique : Pharmacie clinique

Auteur(s) :
LANDRY Alexis (Centre Hospitalier de Bayeux 13 rue de Nesmond 14400 Bayeux) | PIOT Béatrice (Centre Hospitalier de Bayeux 13 rue de Nesmond 14400 Bayeux) | LEMOINE Didier (Centre Hospitalier de Bayeux 13 rue de Nesmond 14400 Bayeux) | PEYTIER Annie (Centre Hospitalier de Bayeux 13 rue de Nesmond 14400 Bayeux) | ALLAIN Patrick (Centre Hospitalier de Bayeux 13 rue de Nesmond 14400 Bayeux) | TRUET Stéphanie (Centre Hospitalier de Bayeux 13 rue de Nesmond 14400 Bayeux) |

Introduction

Les chimiothérapies orales (CTO) sont des traitements à marge thérapeutique étroite dont la prescription est croissante.

Dans le cadre du Plan Cancer 2014-2019, le service pharmacie et le service d’oncologie (UCP) ont mis en place des entretiens à l’instauration de ces traitements pour favoriser une bonne observance et sécuriser la prise en charge du patient.

Matériels et méthodes

Le pharmacien et l’infirmière de l’UCP réalisent des entretiens individuels programmés sur demande de l’oncologue. Avant l’entretien, le pharmacien analyse le traitement en cours du patient pour repérer les éventuelles interactions médicamenteuses avec la CTO instaurée. Pour assurer la communication ville-hôpital plusieurs supports de travail ont été créés : une fiche d’entretien pharmaceutique, un courrier type destiné au médecin traitant et une synthèse pharmaceutique pour l’officine. A l’issue de l’entretien ces documents sont rédigés, envoyés par email ou fax et communiqués par téléphone aux différents professionnels de santé. Des documents d’informations (fiche patient OMEDIT, fiche de bon usage…) sont aussi remis aux patients.

Résultats

15 entretiens ont été réalisés (1 entretien / mois) depuis la mise en place de notre activité. En moyenne un entretien dure 50 minutes. Le temps de préparation par le pharmacien est estimé à 25 minutes et le temps alloué à la rédaction et à la communication des résultats 45 minutes. Soit une durée totale de 2h par entretien. 6 molécules différentes ont été abordées. 7 interactions médicamenteuses sur 15 dossiers ont été détectées (47 %), entraînant une adaptation du traitement habituel du patient. L’évaluation de la compréhension des informations transmises au patient est réalisée en fin d’entretien : celles-ci sont acquises pour 12 patients sur 15. Tous les patients (15/15) sont satisfaits et ont le sentiment  « d’avoir beaucoup appris» et se disent « rassurés » après leur entretien.

Discussion/Conclusion

Au regard de nos résultats, le temps consacré pour réaliser ces entretiens est loin d’être négligeable. Une instauration de CTO sur deux a présenté une interaction médicamenteuse. La réévaluation du traitement personnel par le pharmacien apparaît donc essentielle pour sécuriser la prise en charge médicamenteuse du patient. De plus, notre démarche, grâce à de nombreux supports de communication, facilite le parcours de soins du patient entre l’hôpital et la ville. Cependant, ces entretiens n’étant proposés qu’en initiation de traitement, il apparaît  difficile d’en mesurer l’impact sur l’observance et la tolérance. Pour faire face à cette problématique, nous prévoyons de mettre en place un appel téléphonique infirmier hebdomadaire.