Résumé 73


Impact du switch du docétaxel pour du paclitaxel sur la tolérance et les effets secondaires de la chimiothérapie dans le cancer du sein adjuvant

Thématique : Pharmacie clinique

Auteur(s) :
Dumet Anne-Fleur (Centre henri Becquerel service pharmacie 1 rue d'amiens 76000 Rouen) | Duclos Maxime (Centre henri Becquerel service pharmacie 1 rue d'amiens 76000 Rouen) | Rouvet Jean (Centre henri Becquerel service pharmacie 1 rue d'amiens 76000 Rouen) | Leheurteur Marianne (Centre henri Becquerel service oncologie 1 rue d'amiens 76000 Rouen) | Basuyau Florence (Centre henri Becquerel service pharmacie 1 rue d'amiens 76000 Rouen) | Daouphars Mikaël (Centre henri Becquerel service pharmacie 1 rue d'amiens 76000 Rouen) |

Introduction

En février 2017, face aux évènements indésirables graves d’issue fatale (entérocolite) liés au docétaxel, l'Institut National du Cancer et l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et produits de santé ont recommandé d’éviter temporairement le docétaxel dans les cancers du sein localisés et opérables. Suite à cette recommandation, notre centre a décidé de prescrire le paclitaxel (TXL) à la place du docétaxel (TXR) dans cette indication. Ce changement de pratique nous a conduits à évaluer la tolérance du TXL par rapport au TXR, notamment la survenue des neuropathies périphériques induites par les taxanes (TIPN).

Matériel et méthode

Une étude observationnelle, rétrospective, monocentrique est menée sur les patientes atteintes d’un cancer du sein en situation adjuvante. Les patientes incluses dans le groupe TXL sont traitées par 3 FEC et 9 TXL sur la période du 01/02/2017 au 01/08/2017. Les patientes incluses dans le groupe TXR sont traitées par 3 FEC et 3 TXR en adjuvant sur la même période en 2016. Les données de tolérance sont issues des dossiers médicaux informatisés.

Résultats

236 patientes incluses, 79 dans le groupe TXL et 157 dans le groupe TXR. Les deux groupes sont comparables sur les critères suivants (TXL vs. TXR) :

  • âge médian (52 ans [34;72] vs. 53 ans [26;72], p = 0,39)
  • IMC (26,1 (± 5,2) vs. 26.4 (± 5,2), p = 0,70)
  • comorbidités (diabète, hypertension et insuffisance rénale)
  • dose intensité relative moyenne (0,97 (± 0,07) vs. 1 (± 0,16), p = 0,11).

44,3% des patientes sous TXL ont présenté une TIPN contre 11,5% sous TXR (OR = 6,09 ; IC95% [3,02 ; 12,64]). Les TIPN sont de grade I dans respectivement 77% et 78% des cas pour le TXL et le TXR.

Les TIPN apparaissent en moyenne à partir de 6,9 (± 2,0) cures dans le groupe TXL et 2,4 (± 0,7) cures pour le TXR. Pas de différence significative observée entre les deux groupes concernant la douleur, la tolérance hématologique, digestive, infectieuse et les arrêts prématurés pour toxicité. Une différence est retrouvée pour la toxicité cutanée (30% pour le TXL contre 22% pour le TXR), principalement sous forme de syndrome main-pied pour le docétaxel.

Discussion / conclusion

L’incidence des TIPN est plus importante chez les patientes sous TXL. Cela impacte peu le déroulement des cures de chimiothérapie au vu de l’absence de différence de la dose intensité relative et d’arrêt prématuré. Pour la tolérance cutanée, les résultats sont à nuancer : il existe un facteur confondant avec les corticoïdes, eux-mêmes responsables d’éruption cutanée. De plus le niveau de sévérité est plus important avec le docétaxel.

L’impact réel des toxicités et en particulier des neuropathies nécessiterait des investigations complémentaires pour évaluer leur retentissement sur la qualité de vie des patientes et leur évolution dans le temps.

10