Résumé 87


Thrombose et Cancer : évaluation du respect des recommandations concernant le choix des traitements

Thématique : Evaluations cliniques

Auteur(s) :
Laaziri Khaoula (Service pharmacie CH Beauvais 40 avenue léon Blum 60000 Beauvais) | Fummi Camille (Service pharmacie CH Beauvais 40 avenue léon Blum 60000 Beauvais) | Ghomari Kamel (Service hémato-oncologie CH Beauvais 40 avenue léon Blum 60000 Beauvais) | Schmit Bénédicte (Service pharmacie CH Beauvais 40 avenue léon Blum 60000 Beauvais) |

  • Introduction

La maladie thromboembolique veineuse (MTEV) est la deuxième cause de mortalité chez le patient atteint de cancer. D’après les recommandations, le traitement d’entretien repose sur l’utilisation d’une héparine de bas poids moléculaire (HBPM) à dose curative pendant une durée optimale de 6 mois (3 mois minimum). En 2016, seules la Tinzaparine et la Dalteparine avaient l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) dans cette indication. En cas d’insuffisance rénale sévère, il est préconisé d’utiliser une héparine non fractionnée (HNF) avec relai par un anti-vitamine K (AVK).

Notre objectif était d’évaluer la conformité aux recommandations des prescriptions d’anticoagulants pour MTEV chez le patient atteint de cancer dans notre établissement.

  • Matériels et méthodes

Nous avons analysé rétrospectivement sur l’année 2016 le dossier de chaque patient hospitalisé pour MTEV et atteint d’un cancer. La liste des patients a été obtenue par requête informatique de notre département d’information médicale en utilisant les mots clefs MTEV et cancer. Chez ces patients ont été recherchés la molécule prescrite, la posologie ainsi que la durée du traitement.

  • Résultats

Nous avons étudié 48 dossiers. L’âge moyen était de 71 ans. Les patients présentaient à 85.4% une tumeur solide. Aucun cas de récidive de MTEV sous anticoagulant n’a été retrouvé.

Les molécules utilisées en traitement d’entretien étaient à 85.5% une HBPM (71% Tinzaparine, 12.4% Enoxaparine et 2.1% Dalteparine), 8.2% une HNF, 2.1% un AVK, 2.1% un anticoagulant oral direct et 2.1% n’ont rien reçu.

La durée du traitement prescrit était pour 33.3% de 6 mois ou plus (7 patients ont eu plus de 6 mois de traitement car avaient une chimiothérapie en cours ou un cancer actif), 29.2% moins de 6 mois (7 patients ont eu 3 mois de traitement et 7 patients moins de 3 mois), 29.2% sont décédés en cours de traitement et 8.3% sans données.

  • Discussion/Conclusion

Par rapport aux recommandations, 87.5 % des patients avaient une molécule conforme, 47.1 % une durée de traitement optimale (au moins 6 mois) et 62.5% une posologie conforme. Au total 44.1% des patients avaient une molécule et une posologie conformes pour une durée optimale et 11.7% des patients une molécule et une posologie conformes pour une durée de 3 mois.

Pour améliorer les pratiques, une action de sensibilisation a été effectuée par la présentation de cette étude aux services audités. Un guide des recommandations a été mis à disposition pour l’ensemble des services de l’hôpital. Récemment, l’enoxaparine a eu une mise à jour de son AMM mentionnant une posologie utilisable chez le patient atteint de cancer, ce qui a été intégré au guide.  Notre étude n’a pas évalué l’observance des patients, ce qui ne permet pas de conclure sur la durée réelle de prise du traitement.