Résumé 88


Efficacité des verrous curatifs à la taurolidine sur les bactériémies liées aux chambres implantables (BLCIP) en oncologie. Recherche de facteurs favorisant les BLCIP.

Thématique : Evaluations cliniques

Auteur(s) :
Adé Mathias (64 av Prof Leriche 67500 HAGUENAU) | Meunier-Danel Valérie (64 av Prof Leriche 67500 HAGUENAU) | Meunier Olivier (64 av Prof Leriche 67500 HAGUENAU) | Untereiner Cecile (64 av Prof Leriche 67500 HAGUENAU) |

Introduction/Contexte

Les BLCIP sont associées à une morbi-mortalité importante. Face à une BLCIP se pose la question de l’ablation ou non du dispositif. Une méthode de «sauvetage» des CIP colonisées consiste à y introduire une solution antimicrobienne (verrou) afin de détruire le biofilm et de stériliser le dispositif. Suite à une demande de référencement de l’antiseptique Taurolock™, nous avons voulu en évaluer l’efficacité sur une CIP colonisée par rapport aux verrous antibiotiques actuellement utilisés. Nous essayons aussi d’identifier d’éventuels facteurs favorisant la BLCIP afin de faire bénéficier aux patients à haut risque de verrous prophylactiques de Taurolock™.

 

Population, matriel et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective portant sur les patients ayant développé une BLCIP. Trois verrous Taurolock™ consécutifs de 24h (1,3% taurolidine, citrate 4% ; BLCIP à bactérie Gram+/-) sont comparés à l’existant, soit 3 verrous vancomycine de 48h (5mg/mL ; bactérie Gram+). La BLCIP est affirmée si l’hémoculture prélevée sur CIP se positive au moins 2h avant celle prélevée en périphérie (même microorganisme). L’efficacité des verrous est évaluée sur les résultats des hémocultures de contrôle sur CIP. Les témoins, indemnes de BLCIP, sont sélectionnés parmi les patients ayant eu une pose de CIP et bénéficiant de chimiothérapie dans l’établissement.

 

Résultats

Au total, 40 patients ont développé une BLCIP certaine. Les staphylocoques sont majoritaires (76,9%) ; 10,8% d’entérobactérie et 4,6% de levure. Après 3 doses, les taux de succès des verrous Taurolock™ (76,9%) et vancomycine (100%) sont similaires (p=0,08). Le Taurolock™ semble aussi efficace sur les bactéries Gram +/-. Le délai de mise en place des verrous ne semble pas avoir d’impact sur leur efficacité. La BLCIP survient en moyenne 284j après la pose avec une incidence estimée de 0,47/1000j CIP. Les facteurs de risque de BLCIP retrouvés sont (témoins = 83) : la nutrition parentérale, la neutropénie, un cancer métastasé (p<0,05). Le type de cancer (pancréatique, biliaire ou gastrique) et/ou l’administration de gemcitabine pourraient être des facteurs de risque de BLCIP et de récidive.

 

Discussion/Conclusion

Les verrous de Taurolock™ sont rapidement efficaces pour décoloniser les CIP lors d’infections à bactéries Gram+/-. Les avantages de ces verrous sont : moindre immobilisation de la CIP, pas de résistance, spectre large. La mise en évidence de facteurs de risque de BLCIP invite à évaluer, en prospectif, l’intérêt de verrous de taurolidine en prévention secondaire dans les situations cliniques favorisantes ; les recommandations nationales n’étant pas en faveur de verrou préventif systématique.